Avec le nouvel accélérateur de particules, qui devrait faire cent kilomètres de longueur, l'organisme souhaiterait poursuivre sa recherche sur la particule Higgs Boson. Le projet a pour but de générer un successeur au Large Hadron Collider, actuellement le plus important accélérateur de particules au monde, qui se trouve dans un tunnel cylindrique de 27 km à la frontière entre la France et la Suisse.

Le CERN planifie donc la mise en oeuvre d'une machine plus grande, à savoir un accélérateur d'électrons-positrons de cent kilomètres de long que l'organisme appelle lui-même une 'usine à Higgs'. Cela permettra de peaufiner la recherche sur la particule Higgs Boson. Celle-ci avait été découverte en 1964, alors qu'en 2012, son existence avait été démontrée par le Large Hadron Collider.

Le conseil d'administration du CERN a fait une priorité de cet accélérateur de particules. L'objectif est de débuter les travaux en 2038. D'ici là, on devrait mettre la dernière main au High Luminosity Large Hadron Collider, une mise à niveau de l'actuel LHC, attendu d'ici 2026. Le coût de l'appareil s'élèvera à 21 milliards d'euros. Le CERN doit maintenant solliciter un subside de l'Europe.

Avec le nouvel accélérateur de particules, qui devrait faire cent kilomètres de longueur, l'organisme souhaiterait poursuivre sa recherche sur la particule Higgs Boson. Le projet a pour but de générer un successeur au Large Hadron Collider, actuellement le plus important accélérateur de particules au monde, qui se trouve dans un tunnel cylindrique de 27 km à la frontière entre la France et la Suisse.Le CERN planifie donc la mise en oeuvre d'une machine plus grande, à savoir un accélérateur d'électrons-positrons de cent kilomètres de long que l'organisme appelle lui-même une 'usine à Higgs'. Cela permettra de peaufiner la recherche sur la particule Higgs Boson. Celle-ci avait été découverte en 1964, alors qu'en 2012, son existence avait été démontrée par le Large Hadron Collider.Le conseil d'administration du CERN a fait une priorité de cet accélérateur de particules. L'objectif est de débuter les travaux en 2038. D'ici là, on devrait mettre la dernière main au High Luminosity Large Hadron Collider, une mise à niveau de l'actuel LHC, attendu d'ici 2026. Le coût de l'appareil s'élèvera à 21 milliards d'euros. Le CERN doit maintenant solliciter un subside de l'Europe.