Nokia doit affronter une concurrence féroce sur le marché de la 5G et doit y baisser la tête devant Ericsson et Huawei. En octobre, la firme finlandaise annonçait qu'elle n'attribuerait pas de dividende. Elle avait aussi revu ses prévisions à la baisse. A l'époque, l'action avait perdu 23 pour cent de sa valeur en une seule journée. L'année dernière, Nokia avait dû renoncer à un tiers de ses parts de marché.

Suri (52 ans), qui dirige l'entreprise depuis 2014, avait demandé à plusieurs reprises aux actionnaires de prendre patience vis-à-vis de sa stratégie 5G, mais cette patience est apparemment épuisée.

Selon Kimmo Stenvall, analyste chez OP Group à Helsinki, les marchés ont réagi de manière particulièrement sceptique quant à savoir si Suri pouvait continuer d'assumer son rôle de CEO de Nokia depuis la révision à la baisse des prévisions.

'Suri n'est apparemment pas capable d'offrir à l'entreprise une valeur ajoutée à l'ère de la 5G. C'est en fin de compte ce qu'on attendait de lui', affirme Stenvall dans une réaction téléphonique à l'adresse de l'agence de presse Bloomberg.

Suri cèdera en septembre la place à Pekka Lundmark, le CEO de 57 ans de l'entreprise énergétique finnoise Fortum Oyj. Suite à cette décision, le cours de l'action Nokia a grimpé de 4,9 pour cent à la bourse d'Helsinki.

Nokia doit affronter une concurrence féroce sur le marché de la 5G et doit y baisser la tête devant Ericsson et Huawei. En octobre, la firme finlandaise annonçait qu'elle n'attribuerait pas de dividende. Elle avait aussi revu ses prévisions à la baisse. A l'époque, l'action avait perdu 23 pour cent de sa valeur en une seule journée. L'année dernière, Nokia avait dû renoncer à un tiers de ses parts de marché.Suri (52 ans), qui dirige l'entreprise depuis 2014, avait demandé à plusieurs reprises aux actionnaires de prendre patience vis-à-vis de sa stratégie 5G, mais cette patience est apparemment épuisée.Selon Kimmo Stenvall, analyste chez OP Group à Helsinki, les marchés ont réagi de manière particulièrement sceptique quant à savoir si Suri pouvait continuer d'assumer son rôle de CEO de Nokia depuis la révision à la baisse des prévisions.'Suri n'est apparemment pas capable d'offrir à l'entreprise une valeur ajoutée à l'ère de la 5G. C'est en fin de compte ce qu'on attendait de lui', affirme Stenvall dans une réaction téléphonique à l'adresse de l'agence de presse Bloomberg.Suri cèdera en septembre la place à Pekka Lundmark, le CEO de 57 ans de l'entreprise énergétique finnoise Fortum Oyj. Suite à cette décision, le cours de l'action Nokia a grimpé de 4,9 pour cent à la bourse d'Helsinki.