Le CEO de Nokia, Rajeev Suri, a promis que Nokia fournirait des connexions sans fil de 30 gigabits par seconde utilisant diverses parties du spectre. Il a évoqué aussi une augmentation de la capacité d'un facteur 1.000 avec des cellules qui pourront desservir chacune 1 million d'utilisateurs, avec un temps de réaction (latence) d'1 milliseconde. "La 5G n'est plus une théorie, mais déjà une réalité", a-t-il déclaré en se référant à des tests pratiques réalisés avec Verizon aux Etats-Unis et avec SK Telecom en Corée. Dans le cadre de l'un de ces essais, SK Telecom et Nokia ont atteint 19,1 gigabits par seconde.

La nouvelle génération "Airscale" de produits d'accès radio de Nokia est compatible 2G, 3G, LTE, LTE Advanced et la future norme LTE Advanced Pro et ce, dans une même station de base. Elle intègre wifi et est donc parée pour la 5G, à en croire Nokia.

Suri a comparé cette annonce de produit avec le lancement des stations de base Nokia Siemens Networks "Flexi", il y a dix ans.

A la question évidente de savoir pourquoi Nokia est si certaine que son équipement Airscale est paré dès à présent pour la 5G, alors que la norme ne sera pas agréée avant 2017-2018, Suri a répondu que le standard sera fixé d'ici la fin de l'année déjà. Il a toutefois reconnu que des mises à niveau d'éléments de fréquence radio pourraient s'avérer nécessaires, mais que les autres mises à niveau pourraient se faire essentiellement par voie logicielle.

Il est manifeste que Nokia avec sa ligne de produits parés pour la 5G tente d'empêcher que ses ventes ne marquent un coup d'arrêt d'ici à ce que les produits 5G standards arrivent sur le marché, tout en voulant aider ses grands clients existants à migrer vers la 5G.

Rajeev Suri a cependant souligné le fait qu'il ne s'attend pas pour autant à une croissance sur le marché télécom. "Nous pensons que le marché restera plutôt stable. Le marché de la radio pourrait, lui, régresser. Les importants investissements dans les grands pays sont passés. Refaire le coup de la Chine, ce n'est pas possible", a affirmé Suri.

Et d'insister sur le fait que l'intégration d'Alcatal Lucent, qui débuta le 14 janvier, se déroule sans les frictions internes qui avaient caractérisé la fusion entre Alcatel et Lucent en 2006. "Nous opérons déjà en tant que firme unique; les équipes en charge de la clientèle sont désignées, et tous les clients n'ont qu'une seule interface", a ajouté Suri, qui peut faire valoir un excellent état de service avec l'assainissement préalable de Nokia Siemens Networks.

Suri a aussi annoncé le rachat de la canadienne Nakina Systems, une entreprise spécialisée en sécurité et en logiciels d'orchestration pour réseaux virtuels, avec qui Nokia collaborait depuis cinq ans déjà.

Nokia injecte aussi 350 millions de dollars dans un quatrième fonds d'investissement de Nokia Growth Partners (NGP). Elle entend ainsi identifier et soutenir des entreprises intéressantes, actives dans le domaine de l'internet des choses auprès de grandes sociétés, sur le marché à la consommation, dans le secteur automobile et dans les soins de santé. Avec cet argent supplémentaire, NGP dispose à présent d'un milliard de dollars, dont la moitié peut encore être investi.

Le CEO de Nokia, Rajeev Suri, a promis que Nokia fournirait des connexions sans fil de 30 gigabits par seconde utilisant diverses parties du spectre. Il a évoqué aussi une augmentation de la capacité d'un facteur 1.000 avec des cellules qui pourront desservir chacune 1 million d'utilisateurs, avec un temps de réaction (latence) d'1 milliseconde. "La 5G n'est plus une théorie, mais déjà une réalité", a-t-il déclaré en se référant à des tests pratiques réalisés avec Verizon aux Etats-Unis et avec SK Telecom en Corée. Dans le cadre de l'un de ces essais, SK Telecom et Nokia ont atteint 19,1 gigabits par seconde.La nouvelle génération "Airscale" de produits d'accès radio de Nokia est compatible 2G, 3G, LTE, LTE Advanced et la future norme LTE Advanced Pro et ce, dans une même station de base. Elle intègre wifi et est donc parée pour la 5G, à en croire Nokia.Suri a comparé cette annonce de produit avec le lancement des stations de base Nokia Siemens Networks "Flexi", il y a dix ans.A la question évidente de savoir pourquoi Nokia est si certaine que son équipement Airscale est paré dès à présent pour la 5G, alors que la norme ne sera pas agréée avant 2017-2018, Suri a répondu que le standard sera fixé d'ici la fin de l'année déjà. Il a toutefois reconnu que des mises à niveau d'éléments de fréquence radio pourraient s'avérer nécessaires, mais que les autres mises à niveau pourraient se faire essentiellement par voie logicielle.Il est manifeste que Nokia avec sa ligne de produits parés pour la 5G tente d'empêcher que ses ventes ne marquent un coup d'arrêt d'ici à ce que les produits 5G standards arrivent sur le marché, tout en voulant aider ses grands clients existants à migrer vers la 5G.Rajeev Suri a cependant souligné le fait qu'il ne s'attend pas pour autant à une croissance sur le marché télécom. "Nous pensons que le marché restera plutôt stable. Le marché de la radio pourrait, lui, régresser. Les importants investissements dans les grands pays sont passés. Refaire le coup de la Chine, ce n'est pas possible", a affirmé Suri.Et d'insister sur le fait que l'intégration d'Alcatal Lucent, qui débuta le 14 janvier, se déroule sans les frictions internes qui avaient caractérisé la fusion entre Alcatel et Lucent en 2006. "Nous opérons déjà en tant que firme unique; les équipes en charge de la clientèle sont désignées, et tous les clients n'ont qu'une seule interface", a ajouté Suri, qui peut faire valoir un excellent état de service avec l'assainissement préalable de Nokia Siemens Networks.Suri a aussi annoncé le rachat de la canadienne Nakina Systems, une entreprise spécialisée en sécurité et en logiciels d'orchestration pour réseaux virtuels, avec qui Nokia collaborait depuis cinq ans déjà.Nokia injecte aussi 350 millions de dollars dans un quatrième fonds d'investissement de Nokia Growth Partners (NGP). Elle entend ainsi identifier et soutenir des entreprises intéressantes, actives dans le domaine de l'internet des choses auprès de grandes sociétés, sur le marché à la consommation, dans le secteur automobile et dans les soins de santé. Avec cet argent supplémentaire, NGP dispose à présent d'un milliard de dollars, dont la moitié peut encore être investi.