Tim Cook a tenu ces propos lors de la 'Computers, Privacy and Data Protection Conference' (CPDP) organisée virtuellement cette semaine, à l'initiative de la Vrije Universiteit Brussel. Il y a deux ans, le CEO d'Apple avait déjà tenu le même genre de langage. Cook s'est du reste référé à ce qu'il avait déclaré à l'époque. Durant cette édition numérique, Cook a initié une table ronde consacrée à l'accroissement des choix des consommateurs et à leur confiance dans la publicité.

"Le GDPR (la loi européenne sur la confidentialité, ndlr) fonctionne. Il a mis en place d'importants fondements pour des règles de respect de la vie privée s'appliquant dans le monde entier. Mais nous devons oser en faire plus et aller de l'avant", a expliqué Cook. Il a averti que l'approche actuelle génère encore une trop grande polarisation, mais aussi de la violence. "Un système interconnecté de fausses nouvelles ou de gens qui veulent gagner de l'argent rapidement, n'a jamais été bien loin. Il porte atteinte à notre droit fondamental accordant la priorité au respect de notre vie privée", a ajouté Cook.

Il a abordé entre autres aussi l'ébranlement potentiel de la confiance dans la vaccination, "parce que certaines entreprises récompensent du contenu insidieux."

"Une activité reposant sur la duperie"

Sans citer nommément de grandes entreprises technologiques telles Facebook ou Google, Cook a mis publiquement en doute l'ensemble du modèle commercial existant. "Lorsqu'un modèle commercial repose sur la duperie d'utilisateurs, sur l'exploitation de leurs données, sur des choix qui n'en sont en réalité pas, il ne mérité pas des louanges de notre part, mais du mépris", a-t-il scandé. Cook n'a pas épargné non plus ses critiques à l'égard des algorithmes qui, selon lui, recommandent des groupes extrémistes aux utilisateurs, ce qui vaut à Facebook d'être pointée du doigt et à quoi l'entreprise a prétendu jeudi encore vouloir "renoncer". "On ne peut pas éternellement collecter des données comme certains le font. 'Jusqu'à quel point peut-on aller en la matière?', semblent se demander de telles entreprises", a poursuivi Tim Cook. "On ne peut plus nier que cette approche génère une polarisation, une perte de confiance et de la violence. A social dilemma cannot be allowed to cause a social catastrophe", a résumé le directeur d'Apple.

'App Tracking Transparency'

Cook a évidemment lui-même beau jeu d'aborder le sujet de manière positive, puisque l'iPhone va recevoir une nouvelle fonction baptisée 'App Tracking Transparency' (ATT). "Dans chaque appli que nous utilisons quotidiennement, il y a en moyenne six traceurs. ATT va résoudre un réel problème", a-t-il affirmé. ATT obligera les applis à faire en sorte qu'un utilisateur donne explicitement son autorisation, chaque fois que son appareil pourrait être identifié par des entreprises telles Facebook et Google en vue de lui présenter une publicité susceptible de l'intéresser. "Cela ne peut continuer ainsi. Vos données médicales doivent rester confidentielles", a encore cité Cooke en exemple.

Plaidoyer pour un solide cryptage

Un solide cryptage sans porte dérobée, où les contacts, données de localisation et photos sont sérieusement sécurisés, voilà ce pour quoi plaide à présent le CEO du géant technologique américain. Il entend mener en priorité le combat pour la protection des consommateurs. "Le temps est venu pour des lois de confidentialité mondiales et pour de nouveaux accords internationaux qui mettront en lumière les principes de minimalisation des données et de connaissance des utilisateurs, d'accès des utilisateurs et de sécurisation des data", a affirmé Cook.

"Vous pouvez nous prendre pour des naïfs, mais nous croyons encore et toujours que la technologie existe par et pour les gens et pour être à leur service. Nous croyons encore et toujours que la technologie doit améliorer notre vie. Nous restons fidèles aux valeurs qui nous ont inspirés depuis le début pour nos produits", a conclu le CEO d'Apple.

Tim Cook a tenu ces propos lors de la 'Computers, Privacy and Data Protection Conference' (CPDP) organisée virtuellement cette semaine, à l'initiative de la Vrije Universiteit Brussel. Il y a deux ans, le CEO d'Apple avait déjà tenu le même genre de langage. Cook s'est du reste référé à ce qu'il avait déclaré à l'époque. Durant cette édition numérique, Cook a initié une table ronde consacrée à l'accroissement des choix des consommateurs et à leur confiance dans la publicité. "Le GDPR (la loi européenne sur la confidentialité, ndlr) fonctionne. Il a mis en place d'importants fondements pour des règles de respect de la vie privée s'appliquant dans le monde entier. Mais nous devons oser en faire plus et aller de l'avant", a expliqué Cook. Il a averti que l'approche actuelle génère encore une trop grande polarisation, mais aussi de la violence. "Un système interconnecté de fausses nouvelles ou de gens qui veulent gagner de l'argent rapidement, n'a jamais été bien loin. Il porte atteinte à notre droit fondamental accordant la priorité au respect de notre vie privée", a ajouté Cook. Il a abordé entre autres aussi l'ébranlement potentiel de la confiance dans la vaccination, "parce que certaines entreprises récompensent du contenu insidieux."Sans citer nommément de grandes entreprises technologiques telles Facebook ou Google, Cook a mis publiquement en doute l'ensemble du modèle commercial existant. "Lorsqu'un modèle commercial repose sur la duperie d'utilisateurs, sur l'exploitation de leurs données, sur des choix qui n'en sont en réalité pas, il ne mérité pas des louanges de notre part, mais du mépris", a-t-il scandé. Cook n'a pas épargné non plus ses critiques à l'égard des algorithmes qui, selon lui, recommandent des groupes extrémistes aux utilisateurs, ce qui vaut à Facebook d'être pointée du doigt et à quoi l'entreprise a prétendu jeudi encore vouloir "renoncer". "On ne peut pas éternellement collecter des données comme certains le font. 'Jusqu'à quel point peut-on aller en la matière?', semblent se demander de telles entreprises", a poursuivi Tim Cook. "On ne peut plus nier que cette approche génère une polarisation, une perte de confiance et de la violence. A social dilemma cannot be allowed to cause a social catastrophe", a résumé le directeur d'Apple.Cook a évidemment lui-même beau jeu d'aborder le sujet de manière positive, puisque l'iPhone va recevoir une nouvelle fonction baptisée 'App Tracking Transparency' (ATT). "Dans chaque appli que nous utilisons quotidiennement, il y a en moyenne six traceurs. ATT va résoudre un réel problème", a-t-il affirmé. ATT obligera les applis à faire en sorte qu'un utilisateur donne explicitement son autorisation, chaque fois que son appareil pourrait être identifié par des entreprises telles Facebook et Google en vue de lui présenter une publicité susceptible de l'intéresser. "Cela ne peut continuer ainsi. Vos données médicales doivent rester confidentielles", a encore cité Cooke en exemple.Un solide cryptage sans porte dérobée, où les contacts, données de localisation et photos sont sérieusement sécurisés, voilà ce pour quoi plaide à présent le CEO du géant technologique américain. Il entend mener en priorité le combat pour la protection des consommateurs. "Le temps est venu pour des lois de confidentialité mondiales et pour de nouveaux accords internationaux qui mettront en lumière les principes de minimalisation des données et de connaissance des utilisateurs, d'accès des utilisateurs et de sécurisation des data", a affirmé Cook."Vous pouvez nous prendre pour des naïfs, mais nous croyons encore et toujours que la technologie existe par et pour les gens et pour être à leur service. Nous croyons encore et toujours que la technologie doit améliorer notre vie. Nous restons fidèles aux valeurs qui nous ont inspirés depuis le début pour nos produits", a conclu le CEO d'Apple.