Selon des connaisseurs, ce recul ne peut être considéré indépendamment des cours des actions traditionnelles qui se sont aussi fortement repliés récemment.

Il faut en chercher notamment la cause dans les préoccupations des investisseurs à propos des tensions toujours plus grandes entre la Russie et l'Occident à propos de l'Ukraine. La crainte d'augmentations accélérées des taux d'intérêt par la banque centrale américaine dans la lutte contre l'inflation galopante jouerait également un rôle. Si les taux d'intérêt croient, les investisseurs s'abstiennent généralement de prendre trop de risques. Or les crypto-monnaies en sont un.

Un demi-billion de perte

Dans le cas des monnaies numériques, il y a aussi le fait que l'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF) souhaiterait interdire l'extraction de bitcoins dans l'Union européenne. Tel est aussi l'avis de la banque centrale de Russie, afin de garantir la stabilité financière dans le pays. En Chine, le 'mining', à savoir l'ajout numérique de nouvelles crypto-espèces, est interdit depuis mai dernier déjà.

Tout cela a fait en sorte qu'en peu de temps, l'ensemble du crypto-marché a essuyé plus d'un demi-billion de dollars de perte. Ce marché vaut à présent encore 1,5 billion de dollars environ, soit plus de 1.300 milliards d'euros après conversion. Lundi, le bitcoin en était à quelque 33.000 dollars, son plus faible niveau depuis juillet dernier. Depuis que cette monnaie a atteint son pic en novembre, sa valeur a régressé de plus de 50 pour cent.

Selon des connaisseurs, ce recul ne peut être considéré indépendamment des cours des actions traditionnelles qui se sont aussi fortement repliés récemment.Il faut en chercher notamment la cause dans les préoccupations des investisseurs à propos des tensions toujours plus grandes entre la Russie et l'Occident à propos de l'Ukraine. La crainte d'augmentations accélérées des taux d'intérêt par la banque centrale américaine dans la lutte contre l'inflation galopante jouerait également un rôle. Si les taux d'intérêt croient, les investisseurs s'abstiennent généralement de prendre trop de risques. Or les crypto-monnaies en sont un.Dans le cas des monnaies numériques, il y a aussi le fait que l'Autorité européenne des marchés financiers (AEMF) souhaiterait interdire l'extraction de bitcoins dans l'Union européenne. Tel est aussi l'avis de la banque centrale de Russie, afin de garantir la stabilité financière dans le pays. En Chine, le 'mining', à savoir l'ajout numérique de nouvelles crypto-espèces, est interdit depuis mai dernier déjà.Tout cela a fait en sorte qu'en peu de temps, l'ensemble du crypto-marché a essuyé plus d'un demi-billion de dollars de perte. Ce marché vaut à présent encore 1,5 billion de dollars environ, soit plus de 1.300 milliards d'euros après conversion. Lundi, le bitcoin en était à quelque 33.000 dollars, son plus faible niveau depuis juillet dernier. Depuis que cette monnaie a atteint son pic en novembre, sa valeur a régressé de plus de 50 pour cent.