Voilà ce qu'a annoncé Google via son propre réseau social Google Plus.

Avec son projet Loon, le géant internet américain entend mettre internet à la disposition des régions les plus reculées de notre planète. Un réseau de ballons fonctionnant à l'énergie solaire à une hauteur de 30 kilomètres devrait dans ce but envoyer le signal vers la Terre.

Le ballon Ibis-167 a parcouru 500.000 kilomètres dans l'espace aérien de l'hémisphère sud. De ce test, les développeurs récoltent des informations à propos du vent et de la conduite du ballon. Google explique que les ballons montent et descendent par exemple en fonction de la vitesse du vent dans certaines couches de l'atmosphère. C'est ainsi qu'I-167 a utilisé ce qu'on appelle le "Roaring Forties". Il s'agit là d'un puissant vent soufflant vers l'ouest dans l'hémisphère sud, entre 40 et 50 degrés de latitude sud. L'entreprise internet compare cela à une 'Autobahn', l'autoroute allemande où ne s'applique souvent aucune limite de vitesse.

Par ailleurs, son concurrent Facebook prépare un projet similaire. Le réseau social exploitera à cette fin des drones, ces petits avions sans pilote, fonctionnant à l'énergie solaire.

Voilà ce qu'a annoncé Google via son propre réseau social Google Plus. Avec son projet Loon, le géant internet américain entend mettre internet à la disposition des régions les plus reculées de notre planète. Un réseau de ballons fonctionnant à l'énergie solaire à une hauteur de 30 kilomètres devrait dans ce but envoyer le signal vers la Terre. Le ballon Ibis-167 a parcouru 500.000 kilomètres dans l'espace aérien de l'hémisphère sud. De ce test, les développeurs récoltent des informations à propos du vent et de la conduite du ballon. Google explique que les ballons montent et descendent par exemple en fonction de la vitesse du vent dans certaines couches de l'atmosphère. C'est ainsi qu'I-167 a utilisé ce qu'on appelle le "Roaring Forties". Il s'agit là d'un puissant vent soufflant vers l'ouest dans l'hémisphère sud, entre 40 et 50 degrés de latitude sud. L'entreprise internet compare cela à une 'Autobahn', l'autoroute allemande où ne s'applique souvent aucune limite de vitesse. Par ailleurs, son concurrent Facebook prépare un projet similaire. Le réseau social exploitera à cette fin des drones, ces petits avions sans pilote, fonctionnant à l'énergie solaire.