LCL dispose actuellement de trois centres de données situés à Alost, Anvers et Diegem. Ils sont donc à présent complétés par celui d'Huizingen, au sud de Bruxelles, qui appartenait à Atos. LCL ne reprend pas le personnel, mais élargira le sien par deux collaborateurs à temps plein.

Suite à cette opération, Atos ne renonce pas à ses services de centre de données, mais trouve plus judicieux d'en confier la gestion et la maintenance à LCL.

"Le focus d'Atos, ce sont les services IT et les plates-formes numériques sécurisées. Le développement et la gestion d'un centre de données sont une spécialité en soi et requièrent une expertise très spécifique. Voilà pourquoi nous recherchions pour notre centre de données d'Huizingen un partenaire de colocation professionnelle capable de prendre à son compte la gestion dudit centre et la poursuite de son développement conformément aux normes les plus élevées. Atos conservera la responsabilité finale de l'ensemble des services rendus à ses clients", déclare Patrick Hendrickx, director infrastructure and data management chez Atos Belux.

'D'abord rénover, puis étendre'

En raison du rachat, Atos devient aussi client de LCL. La reprise, en ce compris les investissements consentis par LCL au cours des deux prochaines années, reviendra à 5,5 millions d'euros. "Pour qu'un centre de données réponde aux normes modernes, il convient de rénover et d'investir régulièrement. C'est ce que nous allons faire", explique Laurens van Reijen, CEO de LCL, à Data News.

Actuellement, le centre de données d'Huizingen est saturé. L'ambition est de l'étendre à terme, mais il est encore trop tôt pour des plans concrets. "Nous sommes actuellement occupés à nous étoffer à Alost et nous n'avons donc pas eu le temps d'envisager exactement comment étendre le site d'Huizingen. Ces plans doivent d'abord aboutir sur la table à dessin, mais nous prévoyons assurément une extension à l'avenir. De plus, nos autres centres de données disposent encore d'un espace libre."

Pour l'instant, LCL est donc occupée à étoffer nettement son centre de données 'tier 3' à Alost. L'entreprise y investit 15,5 millions d'euros pour y ajouter 1.250 m² de superficie.

Ce qui compte d'abord, c'est harmoniser le tout. "Il est important que nous intégrions le centre de données d'Huizingen et y appliquions les systèmes que nous avons développés pour nos autres centres. Il s'agira donc d'intégrer dans un premier temps nos systèmes IT, de mesurage du courant et de maintenance", ajoute van Reijen.

Ce dernier n'exclut pas d'autres rachats, mais insiste sur le fait que les intégrations et extensions actuelles doivent d'abord être menées à bien. "Par la suite, il est possible que nous effectuions encore d'autres rachats ou des extensions de nos sites existants."

LCL dispose actuellement de trois centres de données situés à Alost, Anvers et Diegem. Ils sont donc à présent complétés par celui d'Huizingen, au sud de Bruxelles, qui appartenait à Atos. LCL ne reprend pas le personnel, mais élargira le sien par deux collaborateurs à temps plein.Suite à cette opération, Atos ne renonce pas à ses services de centre de données, mais trouve plus judicieux d'en confier la gestion et la maintenance à LCL."Le focus d'Atos, ce sont les services IT et les plates-formes numériques sécurisées. Le développement et la gestion d'un centre de données sont une spécialité en soi et requièrent une expertise très spécifique. Voilà pourquoi nous recherchions pour notre centre de données d'Huizingen un partenaire de colocation professionnelle capable de prendre à son compte la gestion dudit centre et la poursuite de son développement conformément aux normes les plus élevées. Atos conservera la responsabilité finale de l'ensemble des services rendus à ses clients", déclare Patrick Hendrickx, director infrastructure and data management chez Atos Belux.En raison du rachat, Atos devient aussi client de LCL. La reprise, en ce compris les investissements consentis par LCL au cours des deux prochaines années, reviendra à 5,5 millions d'euros. "Pour qu'un centre de données réponde aux normes modernes, il convient de rénover et d'investir régulièrement. C'est ce que nous allons faire", explique Laurens van Reijen, CEO de LCL, à Data News.Actuellement, le centre de données d'Huizingen est saturé. L'ambition est de l'étendre à terme, mais il est encore trop tôt pour des plans concrets. "Nous sommes actuellement occupés à nous étoffer à Alost et nous n'avons donc pas eu le temps d'envisager exactement comment étendre le site d'Huizingen. Ces plans doivent d'abord aboutir sur la table à dessin, mais nous prévoyons assurément une extension à l'avenir. De plus, nos autres centres de données disposent encore d'un espace libre."Pour l'instant, LCL est donc occupée à étoffer nettement son centre de données 'tier 3' à Alost. L'entreprise y investit 15,5 millions d'euros pour y ajouter 1.250 m² de superficie.Ce qui compte d'abord, c'est harmoniser le tout. "Il est important que nous intégrions le centre de données d'Huizingen et y appliquions les systèmes que nous avons développés pour nos autres centres. Il s'agira donc d'intégrer dans un premier temps nos systèmes IT, de mesurage du courant et de maintenance", ajoute van Reijen.Ce dernier n'exclut pas d'autres rachats, mais insiste sur le fait que les intégrations et extensions actuelles doivent d'abord être menées à bien. "Par la suite, il est possible que nous effectuions encore d'autres rachats ou des extensions de nos sites existants."