Schedom avait été rachetée en 2017 par Van Dormael et Van Coppenolle. Fin mars 2019, l'entreprise annonçait inopinément sa cessation d'activité. A l'époque, les clients disposèrent de moins d'une semaine pour trouver un nouvel opérateur internet ou pour la téléphonie mobile.

Schedom et Billy évoquèrent alors un litige avec Proximus, ce qui fait que cette dernière arrêta de leur fournir des services. Mais Proximus déclara à l'époque qu'elle en avait informé Schedom en janvier déjà et que cette dernière ne payait structurellement plus ses factures à Proximus depuis des mois déjà. Un mois plus tard, l'entreprise sollicita une protection contre ses créanciers et début 2020, tant Schedom (Dommel) que Billi furent déclarées en faillite.

Transfert d'argent

Selon De Tijd, une enquête pénale est à présent en cours à propos de ces deux entreprises à l'instigation du parquet d'Hasselt. Le parquet confirme au journal que c'est là la conséquence de renseignements fournis par le curateur de Schedom et Billi, mais aussi de Proximus. Les sources de De Tijd évoquent le détournement de biens de société et le transfert d'argent.

Van Coppenolle explique à De Tijd qu'aucun fait délictueux n'a été commis et qu'il n'a pas encore été interrogé. Selon lui, tant chez Schedom, chez Billi que dans d'autres entreprises, tout s'est passé correctement.

Un administrateur provisoire désigné dans quatre autres entreprises

Mais Schedom et Billi ne sont pas les seules entreprises de Van Coppenolle et Van Dormael qui posent question. Il y a quelques jours, le site web Les Belges les Plus Riches a révélé en effet que quatre autres entreprises du tandem sont aussi dans la ligne de mire. De Tijd signale à ce propos que la CBC possède un crédit de 2,8 millions d'euros dans ces entreprises, mais d'autres banques y auraient également des créances.

Le tribunal des entreprises d'Hasselt a par conséquent nommé un administrateur provisoire chez Alpha 11 Belgium, Holybrain, Arta et Right Brain Interface. Cette dernière est surtout connue pour son enregistreur vidéo numérique Bhaalu, sorti fin 2013 et qui était à l'époque le premier à permettre de re-visionner tous les programmes jusqu'à deux semaines auparavant. Mais suite à une solide levée de boucliers de la part des chaînes flamandes, l'entreprise dut se résoudre un an plus tard à demander d'être protégée contre ses créanciers.

Schedom avait été rachetée en 2017 par Van Dormael et Van Coppenolle. Fin mars 2019, l'entreprise annonçait inopinément sa cessation d'activité. A l'époque, les clients disposèrent de moins d'une semaine pour trouver un nouvel opérateur internet ou pour la téléphonie mobile.Schedom et Billy évoquèrent alors un litige avec Proximus, ce qui fait que cette dernière arrêta de leur fournir des services. Mais Proximus déclara à l'époque qu'elle en avait informé Schedom en janvier déjà et que cette dernière ne payait structurellement plus ses factures à Proximus depuis des mois déjà. Un mois plus tard, l'entreprise sollicita une protection contre ses créanciers et début 2020, tant Schedom (Dommel) que Billi furent déclarées en faillite.Selon De Tijd, une enquête pénale est à présent en cours à propos de ces deux entreprises à l'instigation du parquet d'Hasselt. Le parquet confirme au journal que c'est là la conséquence de renseignements fournis par le curateur de Schedom et Billi, mais aussi de Proximus. Les sources de De Tijd évoquent le détournement de biens de société et le transfert d'argent.Van Coppenolle explique à De Tijd qu'aucun fait délictueux n'a été commis et qu'il n'a pas encore été interrogé. Selon lui, tant chez Schedom, chez Billi que dans d'autres entreprises, tout s'est passé correctement.Mais Schedom et Billi ne sont pas les seules entreprises de Van Coppenolle et Van Dormael qui posent question. Il y a quelques jours, le site web Les Belges les Plus Riches a révélé en effet que quatre autres entreprises du tandem sont aussi dans la ligne de mire. De Tijd signale à ce propos que la CBC possède un crédit de 2,8 millions d'euros dans ces entreprises, mais d'autres banques y auraient également des créances.Le tribunal des entreprises d'Hasselt a par conséquent nommé un administrateur provisoire chez Alpha 11 Belgium, Holybrain, Arta et Right Brain Interface. Cette dernière est surtout connue pour son enregistreur vidéo numérique Bhaalu, sorti fin 2013 et qui était à l'époque le premier à permettre de re-visionner tous les programmes jusqu'à deux semaines auparavant. Mais suite à une solide levée de boucliers de la part des chaînes flamandes, l'entreprise dut se résoudre un an plus tard à demander d'être protégée contre ses créanciers.