A en croire Zaorálek, le mode opératoire ressemble à celui de l'attaque récente visant le parti démocrate aux Etats-Unis. Une attaque qui, selon les services de renseignements américains, porte la marque de la Russie.

Selon les autorités tchèques, cela fait des semaines déjà que les attaques se succèdent. Mais les serveurs compromis sont physiquement séparés de ceux contenant des informations sensibles.