Le mois passé, Switch a perdu son label de qualité Apple Premium Reseller suite à des plaintes de clients qui concluaient involontairement des contrats d'assurance lors de l'achat d'appareils. Avec ce label, les détaillants peuvent entre autres acheter de manière à la fois plus avantageuse et rapide chez Apple. En perdant cette relation préférentielle, Switch ne pouvait plus se prévaloir de son rôle d'important distributeur Apple. Lab9 reprend 15 des 21 magasins Switch. Aucun détail financier n'a été révélé, exception faite qu'il s'agit du rachat du fonds de commerce, et que Lab9 peut elle-même financer la transaction. L'entreprise mise sur un redémarrage rapide. "En juin, tous les magasins rachetés seront adaptés à notre formule", explique Geert Coolman, le CEO de Lab9. "Les stocks seront renouvelés. Tout sera transformé en boutiques Lab9, et nous mettrons tout en oeuvre pour restaurer la confiance et garantir l'expérience maximale qu'on peut attendre des produits Apple."

Le rachat n'est pas encore tout à fait finalisé, et les confinements en Chine perturbent la chaîne d'approvisionnement. Un redémarrage aussi rapide est-il dès lors possible?

Geert Coolman. "La finalisation peut intervenir rapidement, entre autres parce que nous ne rachetons pas l'entreprise, mais le fonds de commerce. En même temps, nous entamons dès à présent l'intégration. Le personnel repris (une centaine de personnes, ndlr) sera rapidement formé à nos systèmes et à notre philosophie d'approche du client. Je n'exclus pas que l'ancienne marque soit ci et là encore visible dans les magasins, mais à l'extérieur, Switch deviendra Lab9.

"En raison du rachat, les magasins feront de nouveau partie d'une chaîne qui dispose du label Apple Premium Reseller. En plus de la possibilité de réparer les appareils Apple (au moyen de pièces officielles et en conservant la garantie Apple, ndlr), nous bénéficierons aussi de la priorité au niveau des livraisons par Apple. Les clients des magasins repris pourront donc être de nouveau bien aidés."

En reprenant Switch, qu'elle avait précédemment déjà tentée de racheter, Lab9 effectue un grand bond en avant.

Coolman. "Lorsque Switch sollicita il y a quelques années une protection contre ses créanciers, nous avions tenté de racheter cette chaîne, en vain. Mais cette fois, nous y sommes parvenus. Nous possédions déjà onze magasins et avec les quinze rachetés à présent, nous aurons quasiment une couverture nationale en Belgique. Nous disposerons ainsi aussi d'une plus grande envergure et pourrons répartir nos coûts sur un chiffre d'affaires plus important. Cette année, nous enregistrerons de cette manière 85 millions d'euros de chiffre d'affaires au niveau de nos activités en magasins, contre 38 millions l'année dernière. En 2023, lorsque le rachat sera entièrement finalisé, nous atteindrons un chiffre d'affaires de 130 millions pour nos activités de vente au détail."

Apple possède son propre magasin à Bruxelles. Comment cela se traduit-il à votre égard?

Coolman. "Notre Lab9 à Bruxelles est bien positionné. L'Apple Store est ce qu'on appelle un flagshipstore (magasin amiral) destiné à renforcer la marque Apple. Nous, nous nous concentrons plutôt sur une approche locale. Il s'agit d'un magasin facile d'accès, où les réparations ne se font pas trop longtemps attendre."

Actuellement, les activités b2b et les magasins se tiennent encore en équilibre, mais bientôt, vous serez un acteur b2c avec des clients professionnels comme importante activité secondaire.

Coolman. "Nous reviendrons à l'équilibre une fois que nous en aurons terminé avec l'intégration des magasins Switch. Les boutiques rachetées ne donneront pas seulement un boost aux ventes aux particuliers. Notre souhait consiste aussi à ce que ces magasins génèrent des opportunités supplémentaires sur le marché professionnel ou au niveau de la vente aux instituts d'enseignement. Il y a encore énormément de potentiel pour Apple. Grâce au Digisprong (à savoir le projet flamand de poursuite de la numérisation de l'enseignement, ndlr), la demande d'iPad par exemple croît énormément. Cet appareil devient une alternative à part entière à tous les manuels scolaires dans le cartable. Et dans les entreprises, les produits Apple ne sont plus utilisés surtout dans le secteur graphique. Beaucoup de PME optent en effet également pour de l'équipement Apple en raison de sa stabilité et de sa convivialité. En outre, un iPhone ou un ordinateur portable d'Apple est aussi souvent utilisé pour attirer des collaborateurs potentiels."

Du rôle d'intégrateur système à celui de spécialiste Apple

Lab9 est la réincarnation d'Online Grafics. Dans les années nonante du siècle dernier, Geert Coolman, Denis Rau et Stefaan Seye avaient créé avec Online Grafics un fournisseur de services IT spécialisé dans le secteur graphique. Dans ce secteur, qui devait encore complètement se numériser, les appareils Apple étaient déjà très populaires. Cette expérience Apple, la firme l'utilisa pour devenir en 2007 un spécialiste Apple auprès du grand public et des entreprises. L'année dernière, avant le rachat des magasins Switch, Lab9 avait enregistré un chiffre d'affaires de quelque 77 millions d'euros, plus ou moins équitablement réparti entre les activités en magasins et les ventes aux entreprises et aux institutions d'enseignement.

Le mois passé, Switch a perdu son label de qualité Apple Premium Reseller suite à des plaintes de clients qui concluaient involontairement des contrats d'assurance lors de l'achat d'appareils. Avec ce label, les détaillants peuvent entre autres acheter de manière à la fois plus avantageuse et rapide chez Apple. En perdant cette relation préférentielle, Switch ne pouvait plus se prévaloir de son rôle d'important distributeur Apple. Lab9 reprend 15 des 21 magasins Switch. Aucun détail financier n'a été révélé, exception faite qu'il s'agit du rachat du fonds de commerce, et que Lab9 peut elle-même financer la transaction. L'entreprise mise sur un redémarrage rapide. "En juin, tous les magasins rachetés seront adaptés à notre formule", explique Geert Coolman, le CEO de Lab9. "Les stocks seront renouvelés. Tout sera transformé en boutiques Lab9, et nous mettrons tout en oeuvre pour restaurer la confiance et garantir l'expérience maximale qu'on peut attendre des produits Apple."Le rachat n'est pas encore tout à fait finalisé, et les confinements en Chine perturbent la chaîne d'approvisionnement. Un redémarrage aussi rapide est-il dès lors possible?Geert Coolman. "La finalisation peut intervenir rapidement, entre autres parce que nous ne rachetons pas l'entreprise, mais le fonds de commerce. En même temps, nous entamons dès à présent l'intégration. Le personnel repris (une centaine de personnes, ndlr) sera rapidement formé à nos systèmes et à notre philosophie d'approche du client. Je n'exclus pas que l'ancienne marque soit ci et là encore visible dans les magasins, mais à l'extérieur, Switch deviendra Lab9."En raison du rachat, les magasins feront de nouveau partie d'une chaîne qui dispose du label Apple Premium Reseller. En plus de la possibilité de réparer les appareils Apple (au moyen de pièces officielles et en conservant la garantie Apple, ndlr), nous bénéficierons aussi de la priorité au niveau des livraisons par Apple. Les clients des magasins repris pourront donc être de nouveau bien aidés."En reprenant Switch, qu'elle avait précédemment déjà tentée de racheter, Lab9 effectue un grand bond en avant.Coolman. "Lorsque Switch sollicita il y a quelques années une protection contre ses créanciers, nous avions tenté de racheter cette chaîne, en vain. Mais cette fois, nous y sommes parvenus. Nous possédions déjà onze magasins et avec les quinze rachetés à présent, nous aurons quasiment une couverture nationale en Belgique. Nous disposerons ainsi aussi d'une plus grande envergure et pourrons répartir nos coûts sur un chiffre d'affaires plus important. Cette année, nous enregistrerons de cette manière 85 millions d'euros de chiffre d'affaires au niveau de nos activités en magasins, contre 38 millions l'année dernière. En 2023, lorsque le rachat sera entièrement finalisé, nous atteindrons un chiffre d'affaires de 130 millions pour nos activités de vente au détail."Apple possède son propre magasin à Bruxelles. Comment cela se traduit-il à votre égard?Coolman. "Notre Lab9 à Bruxelles est bien positionné. L'Apple Store est ce qu'on appelle un flagshipstore (magasin amiral) destiné à renforcer la marque Apple. Nous, nous nous concentrons plutôt sur une approche locale. Il s'agit d'un magasin facile d'accès, où les réparations ne se font pas trop longtemps attendre."Actuellement, les activités b2b et les magasins se tiennent encore en équilibre, mais bientôt, vous serez un acteur b2c avec des clients professionnels comme importante activité secondaire.Coolman. "Nous reviendrons à l'équilibre une fois que nous en aurons terminé avec l'intégration des magasins Switch. Les boutiques rachetées ne donneront pas seulement un boost aux ventes aux particuliers. Notre souhait consiste aussi à ce que ces magasins génèrent des opportunités supplémentaires sur le marché professionnel ou au niveau de la vente aux instituts d'enseignement. Il y a encore énormément de potentiel pour Apple. Grâce au Digisprong (à savoir le projet flamand de poursuite de la numérisation de l'enseignement, ndlr), la demande d'iPad par exemple croît énormément. Cet appareil devient une alternative à part entière à tous les manuels scolaires dans le cartable. Et dans les entreprises, les produits Apple ne sont plus utilisés surtout dans le secteur graphique. Beaucoup de PME optent en effet également pour de l'équipement Apple en raison de sa stabilité et de sa convivialité. En outre, un iPhone ou un ordinateur portable d'Apple est aussi souvent utilisé pour attirer des collaborateurs potentiels."