La 'Collectie van de Gentenaar' est une initiative de la ville de Gand, du Design Museum Gent et de Digipolis, mais impliquant aussi d'autres musées et organisations. Au cours des trois prochaines années, ces institutions contribueront à une collection numérique du patrimoine culturel gantois. Dans ce but, l'initiative obtient à présent un subside européen de quasiment 5 millions d'euros.

Il ne s'agira pas d'une collection unique ou temporaire, mais bien d'un projet réunissant les silos de données des diverses institutions. Voilà qui devrait générer une collection virtuelle des Gantois, pour eux et par eux.

"Ce sera la collection des Gantois", explique Pieter-Jan Pauwels, Innovation Lead chez Digipolis. "Les Gantois pourront y ajouter certaines choses comme leur propre vécu ou interprétation. Nous les convertirons alors en métadonnées, et les gens pourront ainsi voir ce qui les relie à la ville."

Cela signifie par exemple que des objets ou des rues spécifiques seront accompagnés de leur histoire formelle, mais que des récits seront aussi collectés par financement participatif ('crowdsourcing'). Les Gantois pourront également ajouter à la collection des choses puisées dans leur grenier.

Le projet dans son ensemble devrait être opérationnel d'ici 2022. Les données seront alors présentées visuellement dans un espace blanc ('white space'), à savoir un lieu d'interaction numérique dans trois quartiers gantois, où les habitants eux-mêmes pourront enrichir la collection. Ensuite, le projet disposera d'une place permanente au sein du Design Museum de la ville.

Un volet 'données ouvertes' y sera sous-jacent. "L'objectif est d'y prévoir de toute façon une API web ouverte, afin de permettre d'encore collaborer au projet par la suite. Nous espérons du reste que d'autres institutions y adhéreront", précise encore Olivier Van D'huynslager, stratège numérique chez Design Museum Gent . "C'est ainsi que si un service de tourisme crée une appli, il pourra avec cette API puiser facilement certains points importants. Le but final est d'en arriver à un système centralisé regroupant l'ensemble du patrimoine culturel gantois, ainsi qu'à un point de contact unique pour toutes ces données."

La 'Collectie van de Gentenaar' est une initiative de la ville de Gand, du Design Museum Gent et de Digipolis, mais impliquant aussi d'autres musées et organisations. Au cours des trois prochaines années, ces institutions contribueront à une collection numérique du patrimoine culturel gantois. Dans ce but, l'initiative obtient à présent un subside européen de quasiment 5 millions d'euros.Il ne s'agira pas d'une collection unique ou temporaire, mais bien d'un projet réunissant les silos de données des diverses institutions. Voilà qui devrait générer une collection virtuelle des Gantois, pour eux et par eux."Ce sera la collection des Gantois", explique Pieter-Jan Pauwels, Innovation Lead chez Digipolis. "Les Gantois pourront y ajouter certaines choses comme leur propre vécu ou interprétation. Nous les convertirons alors en métadonnées, et les gens pourront ainsi voir ce qui les relie à la ville."Cela signifie par exemple que des objets ou des rues spécifiques seront accompagnés de leur histoire formelle, mais que des récits seront aussi collectés par financement participatif ('crowdsourcing'). Les Gantois pourront également ajouter à la collection des choses puisées dans leur grenier.Le projet dans son ensemble devrait être opérationnel d'ici 2022. Les données seront alors présentées visuellement dans un espace blanc ('white space'), à savoir un lieu d'interaction numérique dans trois quartiers gantois, où les habitants eux-mêmes pourront enrichir la collection. Ensuite, le projet disposera d'une place permanente au sein du Design Museum de la ville.Un volet 'données ouvertes' y sera sous-jacent. "L'objectif est d'y prévoir de toute façon une API web ouverte, afin de permettre d'encore collaborer au projet par la suite. Nous espérons du reste que d'autres institutions y adhéreront", précise encore Olivier Van D'huynslager, stratège numérique chez Design Museum Gent . "C'est ainsi que si un service de tourisme crée une appli, il pourra avec cette API puiser facilement certains points importants. Le but final est d'en arriver à un système centralisé regroupant l'ensemble du patrimoine culturel gantois, ainsi qu'à un point de contact unique pour toutes ces données."