Le bitcoin avait atteint son pic en décembre 2017. Cette année-là, il était passé rapidement d'une valeur de mille dollars à 19.000 dollars, mais depuis lors, sa valeur n'a cessé de baisser.

Cela impacte ce secteur d'activité encore précoce. Plusieurs jeunes entreprises de chaînes de blocs, dont Ethereum Classic et NEM, sont plongées dans les problèmes en raison de la faible valeur du marché, ou utilisent cette dégringolade comme une excuse facile pour expliquer leur carence bénéficiaire. De plus, les nombreux 'extracteurs' de bitcoins et d'autres crypto-espèces enregistrent une réduction, voire une suppression complète de leurs gains.

Selon des analystes de JPMorgan Chase & Co, l'extraction ('mining') d'un bitcoin revient à présent plus cher que sa valeur à la vente. La banque a calculé que le coût de production d'un seul bitcoin s'établissait en gros à 4.060 dollars au dernier trimestre de 2018. Or la valeur de la monnaie était de quelque 3.600 dollars durant cette période.

Il s'agit évidemment là d'une moyenne à l'échelle mondiale. Nombre d'extracteurs de bitcoins se situent en des endroits, où l'électricité, l'un des principaux coûts en extraction de bitcoins, est assez bon marché. Un producteur à faible coût en Chine, pourrait, selon JPMorgan, extraire un bitcoin pour 2.400 dollars environ. Il est cependant manifeste que les marges en matière d'extraction du bitcoin régressent nettement en raison de la réduction de sa valeur marchande.

Dans ces circonstances, il se pourrait qu'un certain nombre d'extracteurs stoppent leurs activités, à en croire l'agence de presse Bloomberg. Dans ce cas, les extracteurs restants pourraient gagner de nouveau mieux leur vie du fait d'une concurrence moindre.

Tout indique cependant qu'un certain nombre de personnes continueront de profiter du bitcoin. Les optimistes se basent pour cela sur un rapport établi par un autre groupe d'analystes de Delphi Digital. Ce bureau prévoit en effet déjà quasiment la fin du marché du bitcoin à la baisse. Selon le bureau, la monnaie aura atteint son point le plus bas au cours du premier trimestre, pour ensuite repartir sérieusement à la hausse.