CBRT, la banque centrale turque, exclut les crypto-espèces (comme moyens de paiement) et d'autres actifs numériques reposant sur la technologie 'distributed ledger' (registre distribué). Les services de paiement ne sont plus autorisés non plus à développer des solutions basées sur cette technologie, si des crypto-monnaies sont directement ou indirectement utilisées comme moyen de paiement.

Comme raison invoquée, le régulateur cite les risques liés aux crypto-monnaies. C'est précisément pour cela qu'elles ne sont pas réglementées. 'On considère que leur utilisation pour des paiements peut générer des pertes irrémédiables pour les parties impliquées dans les transactions. Elles contiennent des éléments susceptibles de saper la confiance dans les méthodes et les instruments de paiements existants', peut-on lire dans un communiqué que l'agence Reuters a pu consulter.

Les crypto-espèces progressent dans ce pays, en partie à cause de la faiblesse de la livre turque. Il est possible que cette tendance ait fait en sorte que la banque centrale veuille éviter que des monnaies virtuelles deviennent plus populaires que la monnaie réelle de la Turquie.

Ce bannissement est annoncé maintenant, mais il n'entrera formellement en vigueur que le 30 avril. Reuters fait observer que la valeur du bitcoin à légèrement fléchi suite à cette annonce, mais que la crypto-monnaie la plus connue dépasse actuellement encore et toujours les soixante mille dollars.

CBRT, la banque centrale turque, exclut les crypto-espèces (comme moyens de paiement) et d'autres actifs numériques reposant sur la technologie 'distributed ledger' (registre distribué). Les services de paiement ne sont plus autorisés non plus à développer des solutions basées sur cette technologie, si des crypto-monnaies sont directement ou indirectement utilisées comme moyen de paiement.Comme raison invoquée, le régulateur cite les risques liés aux crypto-monnaies. C'est précisément pour cela qu'elles ne sont pas réglementées. 'On considère que leur utilisation pour des paiements peut générer des pertes irrémédiables pour les parties impliquées dans les transactions. Elles contiennent des éléments susceptibles de saper la confiance dans les méthodes et les instruments de paiements existants', peut-on lire dans un communiqué que l'agence Reuters a pu consulter.Les crypto-espèces progressent dans ce pays, en partie à cause de la faiblesse de la livre turque. Il est possible que cette tendance ait fait en sorte que la banque centrale veuille éviter que des monnaies virtuelles deviennent plus populaires que la monnaie réelle de la Turquie.Ce bannissement est annoncé maintenant, mais il n'entrera formellement en vigueur que le 30 avril. Reuters fait observer que la valeur du bitcoin à légèrement fléchi suite à cette annonce, mais que la crypto-monnaie la plus connue dépasse actuellement encore et toujours les soixante mille dollars.