La WADA avait elle-même révélé en 2016 que lors d'une cyber-intrusion, une grande partie des données médicales d'athlètes avait pris la clé des champs.

Le Ministère Public de Berne a annoncé hier lundi que les deux hommes suspectés d'être à l'origine de la cyber-attaque lancée sur la WADA sont ceux-là mêmes qui auraient, il y a quelques mois, voulu commettre un vol dans un laboratoire de Spiez. La semaine dernière, le journal néerlandais NRC signalait que ces Russes avaient été arrêtés, avant de pouvoir pénétrer dans le laboratoire.

Les deux Russes auraient été démasqués à La Haye, alors qu'ils se rendaient à Spiez. Le laboratoire en question effectue des recherches à propos de la tentative de meurtre sur la personne de l'espion double russe Sergej Skripal dans la ville anglaise de Salisbury. Les Britanniques avaient alors pointé la Russie du doigt. Mais le laboratoire examine de plus près aussi les accusations d'attaques au gaz toxique lancées par le régime syrien, allié de Moscou.