Pour 46% des entreprises interrogées dans notre Career Guide (voir plus avant), trouver des informaticiens se révèle plus compliqué qu'avant la pandémie. Et 32% ne voient aucune différence - la situation n'était déjà pas évidente avec le coronavirus -, tandis que le reste se partage entre 'non' et 'sans opinion'. Pour une majorité d'entreprises donc, cette quête n'est donc pas devenue plus simple, que du contraire. "Trouver du personnel qualifié est difficile dans n'importe quel secteur, mais c'est encore plus compliqué lorsqu'il s'agit de profils IT spécifiques", ai-je pu entendre à l'occasion du Gartner IT Symposium/Expo de Barcelone. Certes, force est de constater que c'est n'est en fait pas vraiment nouveau puisque la pénurie d'informaticiens de qualité est l'un des freins majeurs - sinon le plus important - à l'accélération et à la réussite de la transformation numérique.

Trouver de bons informaticiens est plus compliqué que recruter d'autres profils.

Dans ce contexte, les CIO doivent plus que jamais redoubler d'efforts pour trouver et conserver les talents IT. Dans ce numéro également, vous découvrirez les principaux résultats de notre enquête annuelle sur les carrières en informatique. Comme de tradition, nous avons interrogé les informaticiens sur les raisons qui les pousseraient à changer d'emploi. Depuis plusieurs années, de 'meilleures conditions salariales' n'est plus le critère n° 1. Non, la plupart des informaticiens ne changent pas seulement pour un meilleur salaire, mais pour la nature même de l'emploi: parce que leur emploi actuel n'est plus (suffisamment) intéressant ou que l'ambiance de travail n'est pas bonne. Ce que nous avons également appris à Barcelone, c'est que nous devrions ajouter une autre raison possible à notre liste: l'absence d'outils technologiques susceptibles d'améliorer le confort au travail. De même, la réponse 'notre entreprise ne propose pas d'outils ou de services attractifs' a d'ailleurs été plus souvent évoquée cette année. D'ailleurs, il s'agirait là selon Gartner d'une motivation pour inciter les entreprises à investir dans de nouvelles technologiques en vogue et dès lors à très forte visibilité. Question de montrer qu'en tant qu'entreprise, on est en pointe de l'IT et ose prendre des risques. Gartner qui recommande de suivre les modes? Voilà qui est en tout cas surprenant.

Toutes ces évolutions s'expliquent bien sûr par la guerre des talents. Les CIO doivent la gagner s'ils veulent prendre de l'avance sur leurs concurrents. Or cette guerre des talents ne pourra être gagnée que si l'entreprise peut atteindre un bon équilibre entre les différents outils technologiques. Des logiciels, plateformes et sites de recrutement irritants ou compliqués constituent pour un tiers des candidats une raison suffisante pour interrompre d'emblée l'ensemble du processus de sollicitation. Pour les collaborateurs qui ont une bonne expérience des applications qu'ils doivent utiliser dans leur entreprise, il y a deux fois plus de chances qu'ils cherchent à conserver leur emploi. Gartner estime donc qu'il y a un lien direct entre les outils technologiques adéquats et les prestations réelles des employés. En effet, les collaborateurs qui estiment disposer des outils dont ils ont besoin se sentiront moins fatigués, seront davantage enclins à rester auprès de leur employeur et seront plus productifs.

Pour 46% des entreprises interrogées dans notre Career Guide (voir plus avant), trouver des informaticiens se révèle plus compliqué qu'avant la pandémie. Et 32% ne voient aucune différence - la situation n'était déjà pas évidente avec le coronavirus -, tandis que le reste se partage entre 'non' et 'sans opinion'. Pour une majorité d'entreprises donc, cette quête n'est donc pas devenue plus simple, que du contraire. "Trouver du personnel qualifié est difficile dans n'importe quel secteur, mais c'est encore plus compliqué lorsqu'il s'agit de profils IT spécifiques", ai-je pu entendre à l'occasion du Gartner IT Symposium/Expo de Barcelone. Certes, force est de constater que c'est n'est en fait pas vraiment nouveau puisque la pénurie d'informaticiens de qualité est l'un des freins majeurs - sinon le plus important - à l'accélération et à la réussite de la transformation numérique. Dans ce contexte, les CIO doivent plus que jamais redoubler d'efforts pour trouver et conserver les talents IT. Dans ce numéro également, vous découvrirez les principaux résultats de notre enquête annuelle sur les carrières en informatique. Comme de tradition, nous avons interrogé les informaticiens sur les raisons qui les pousseraient à changer d'emploi. Depuis plusieurs années, de 'meilleures conditions salariales' n'est plus le critère n° 1. Non, la plupart des informaticiens ne changent pas seulement pour un meilleur salaire, mais pour la nature même de l'emploi: parce que leur emploi actuel n'est plus (suffisamment) intéressant ou que l'ambiance de travail n'est pas bonne. Ce que nous avons également appris à Barcelone, c'est que nous devrions ajouter une autre raison possible à notre liste: l'absence d'outils technologiques susceptibles d'améliorer le confort au travail. De même, la réponse 'notre entreprise ne propose pas d'outils ou de services attractifs' a d'ailleurs été plus souvent évoquée cette année. D'ailleurs, il s'agirait là selon Gartner d'une motivation pour inciter les entreprises à investir dans de nouvelles technologiques en vogue et dès lors à très forte visibilité. Question de montrer qu'en tant qu'entreprise, on est en pointe de l'IT et ose prendre des risques. Gartner qui recommande de suivre les modes? Voilà qui est en tout cas surprenant. Toutes ces évolutions s'expliquent bien sûr par la guerre des talents. Les CIO doivent la gagner s'ils veulent prendre de l'avance sur leurs concurrents. Or cette guerre des talents ne pourra être gagnée que si l'entreprise peut atteindre un bon équilibre entre les différents outils technologiques. Des logiciels, plateformes et sites de recrutement irritants ou compliqués constituent pour un tiers des candidats une raison suffisante pour interrompre d'emblée l'ensemble du processus de sollicitation. Pour les collaborateurs qui ont une bonne expérience des applications qu'ils doivent utiliser dans leur entreprise, il y a deux fois plus de chances qu'ils cherchent à conserver leur emploi. Gartner estime donc qu'il y a un lien direct entre les outils technologiques adéquats et les prestations réelles des employés. En effet, les collaborateurs qui estiment disposer des outils dont ils ont besoin se sentiront moins fatigués, seront davantage enclins à rester auprès de leur employeur et seront plus productifs.