Meta déclare à présent que les 'circonstances actuelles' ont provoqué l'interruption desdits plans. L'entreprise indique vouloir être 'une bonne voisine', et que le soutien de la communauté locale s'avère donc indispensable.

Le centre de données, qui devrait être le plus grand des Pays-Bas, avait pu compter sur le soutien de l'administration communale de Zeewolde. Lors des dernières élections communales, l'opposition l'emporta cependant, ce qui réduisit ce soutien à néant. Les opposants se sont en effet préoccupés du fait que la taille du centre de données ne convenait pas à un village comme Zeewolde. La forte consommation électrique était aussi un point délicat dans cette affaire, tout comme la question de savoir si la chaleur résiduelle pourrait être utilisée à bon escient. Quant aux défenseurs du centre, ils évoquaient la création d'emplois supplémentaires et des recettes fiscales.

Le fait que Zeewolde ait accepté un changement du plan d'installation ne signifiait en aucun cas que la construction du centre de données pouvait débuter. Pour cela, Meta avait aussi besoin de permis de la part de la commune et de la province. En outre, une partie du territoire, où le centre de données devrait être construit, appartient à l'Agence immobilière nationale. Cela t posé des exigences de durabilité au niveau de son utilisation, avant 03une vente éventuelle.

Meta déclare à présent que les 'circonstances actuelles' ont provoqué l'interruption desdits plans. L'entreprise indique vouloir être 'une bonne voisine', et que le soutien de la communauté locale s'avère donc indispensable.Le centre de données, qui devrait être le plus grand des Pays-Bas, avait pu compter sur le soutien de l'administration communale de Zeewolde. Lors des dernières élections communales, l'opposition l'emporta cependant, ce qui réduisit ce soutien à néant. Les opposants se sont en effet préoccupés du fait que la taille du centre de données ne convenait pas à un village comme Zeewolde. La forte consommation électrique était aussi un point délicat dans cette affaire, tout comme la question de savoir si la chaleur résiduelle pourrait être utilisée à bon escient. Quant aux défenseurs du centre, ils évoquaient la création d'emplois supplémentaires et des recettes fiscales.Le fait que Zeewolde ait accepté un changement du plan d'installation ne signifiait en aucun cas que la construction du centre de données pouvait débuter. Pour cela, Meta avait aussi besoin de permis de la part de la commune et de la province. En outre, une partie du territoire, où le centre de données devrait être construit, appartient à l'Agence immobilière nationale. Cela t posé des exigences de durabilité au niveau de son utilisation, avant 03une vente éventuelle.