Jusque tout récemment encore, un surveillant de parking exerçait son contrôle en saisissant manuellement les numéros de plaque dans un ordinateur portable. Cela fait désormais partie du passé à Knokke-Heist grâce à la scancar électronique. Celle-ci scanne automatiquement les plaques minéralogiques des véhicules et vérifie dans une base de données si les voitures correspondantes peuvent ou non se trouver dans la zone de parking.

Place ensuite à un contrôle manuel au départ du 'parkingshop' se trouvant sur la Gemeenteplein. Dans la plupart des autres communes, où sont utilisés des scancars ou des scan-scooters, un contrôleur doit encore vérifier sur place, si une redevance doit être infligée à quelqu'un, mais à Knokke-Heist, cela peut donc se faire à distance via un ordinateur.

Sur base de six photos réalisées par la scancar, les contrôleurs de parking doivent vérifier si la redevance est correcte. Lors de périodes denses, les contrôleurs viendront cependant encore en aide à la scancar.

"Nous avons effectué des tests ces derniers mois, et les résultats furent très bons. Un léger peaufinage est encore nécessaire ci et là. Si des gens ont des plaintes ou des questions à formuler, qu'ils le fassent sans problème. Cela permettra de rectifier directement l'une ou l'autre erreur", déclare l'échevin en charge de la mobilité Philippe Vlietinck. Cette automatisation n'entraînera aucune perte d'emploi. Les tâches des actuels contrôleurs de parking seront simplement quelque peu diversifiées. (Belga)