Selon la loi russe, les entreprises internet étrangères telles Facebook doivent stocker les données des utilisateurs russes en Russie. "Cette loi s'applique à tout le monde", déclare-t-on du côté du contrôleur.

Fin de l'année dernière déjà, LinkedIn avait été bloqué en Russie. Les géants internet comme Google et Alibaba virèrent alors de bord. Quant à Twitter, il a sollicité un délai pour examiner si cela valait la peine de recourir à des serveurs locaux.

La Russie tente de réduire sa dépendance vis-à-vis des entreprises technologiques étrangères. C'est ainsi qu'elle prépare une alternative à WhatsApp spécialement pour les fonctionnaires.

Facebook rencontre aussi des problèmes en Chine, où WhatsApp est bloqué par les autorités. Il est possible que ce soit dû au fait que le service offre trop de protection à ses utilisateurs, qui sont dès lors malaisément contrôlables. La Chine resserre la bride sur internet à l'approche du congrès du parti communiste quinquennal organisé le mois prochain.

Selon la loi russe, les entreprises internet étrangères telles Facebook doivent stocker les données des utilisateurs russes en Russie. "Cette loi s'applique à tout le monde", déclare-t-on du côté du contrôleur.Fin de l'année dernière déjà, LinkedIn avait été bloqué en Russie. Les géants internet comme Google et Alibaba virèrent alors de bord. Quant à Twitter, il a sollicité un délai pour examiner si cela valait la peine de recourir à des serveurs locaux.La Russie tente de réduire sa dépendance vis-à-vis des entreprises technologiques étrangères. C'est ainsi qu'elle prépare une alternative à WhatsApp spécialement pour les fonctionnaires.Facebook rencontre aussi des problèmes en Chine, où WhatsApp est bloqué par les autorités. Il est possible que ce soit dû au fait que le service offre trop de protection à ses utilisateurs, qui sont dès lors malaisément contrôlables. La Chine resserre la bride sur internet à l'approche du congrès du parti communiste quinquennal organisé le mois prochain.