D'après la firme technologique, le groupe de hackers Fancy Bear notamment, lié aux services de renseignements russes, aurait été à l'initiative de ces attaques. Quelques agresseurs nord-coréens, appelés Zinc et Cerium par Microsoft, y auraient participé également.

'L'un ou l'autre succès enregistré'

Selon les chercheurs, la cible des attaques était des entreprises pharmaceutiques se trouvant en phase de test avec leurs vaccins respectifs. La plupart des tentatives d'intrusion se sont soldées par des échecs, selon Microsoft, mais il y eut aussi l'un ou l'autre succès. On ignore cependant ce que les pirates ont pu dérober. Les firmes attaquées se trouvent au Canada, en France, en Inde, en Corée du Sud et aux Etats-Unis.

Les autorités tant russes que nord-coréennes démentent être à l'initiative de ces cyber-attaques. Précédemment déjà, Microsoft avait prétendu que des hackers chinois avaient essayé de pénétrer dans une université américaine préparant un vaccin anti-corona.

D'après la firme technologique, le groupe de hackers Fancy Bear notamment, lié aux services de renseignements russes, aurait été à l'initiative de ces attaques. Quelques agresseurs nord-coréens, appelés Zinc et Cerium par Microsoft, y auraient participé également.Selon les chercheurs, la cible des attaques était des entreprises pharmaceutiques se trouvant en phase de test avec leurs vaccins respectifs. La plupart des tentatives d'intrusion se sont soldées par des échecs, selon Microsoft, mais il y eut aussi l'un ou l'autre succès. On ignore cependant ce que les pirates ont pu dérober. Les firmes attaquées se trouvent au Canada, en France, en Inde, en Corée du Sud et aux Etats-Unis.Les autorités tant russes que nord-coréennes démentent être à l'initiative de ces cyber-attaques. Précédemment déjà, Microsoft avait prétendu que des hackers chinois avaient essayé de pénétrer dans une université américaine préparant un vaccin anti-corona.