L'enregistrement est depuis peu obligatoire, mais Tencent, l'entreprise à l'initiative de cette appli, n'a pas encore fourni de données de contact aux autorités russes. Voilà pourquoi le service n'est plus accessible en Russie depuis le 5 mai.

WeChat n'est pas énormément populaire en Russie, contrairement à ce qui se passe en Chine et dans d'autres pays asiatiques. Chez Tencent, on déclare entre-temps à l'agence Reuters que l'entreprise négocie avec les autorités russes. On ne sait pas exactement si c'est Tencent qui ne souhaite pas s'enregistrer ou s'il y a d'autres obstacles. Pour rappel, la Russie avait précédemment déjà bloqué LinkedIn, parce que le réseau professionnel ne voulait pas garder en Russie les données d'utilisateurs russes.

L'enregistrement est depuis peu obligatoire, mais Tencent, l'entreprise à l'initiative de cette appli, n'a pas encore fourni de données de contact aux autorités russes. Voilà pourquoi le service n'est plus accessible en Russie depuis le 5 mai. WeChat n'est pas énormément populaire en Russie, contrairement à ce qui se passe en Chine et dans d'autres pays asiatiques. Chez Tencent, on déclare entre-temps à l'agence Reuters que l'entreprise négocie avec les autorités russes. On ne sait pas exactement si c'est Tencent qui ne souhaite pas s'enregistrer ou s'il y a d'autres obstacles. Pour rappel, la Russie avait précédemment déjà bloqué LinkedIn, parce que le réseau professionnel ne voulait pas garder en Russie les données d'utilisateurs russes.