REvil est une bande criminelle qui a ces deux dernières années lancé des attaques au rançongiciel contre des entreprises. Elle fut notamment impliquée dans l'attaque au ransomware propagée via Kaseya VSA. En octobre, l'organisation sembla vouloir stopper ses activités après avoir elle-même été piratée, alors qu'une collaboration entre différents services de sécurité parut avoir mis définitivement hors ligne les sites de la bande.

Le service de sécurité russe FSB annonce à présent avoir effectué des perquisitions dans 25 lieux. A cette occasion, quatorze personnes ont été arrêtées, et 426 millions de roubles (un demi-million d'euros), des ordinateurs et vingt voitures de luxe ont été confisqués, selon l'agence Reuters.

Intervention russe exceptionnelle

La Russie a effectué ces démarches à la demande des Etats-Unis. Voilà qui s'avère particulièrement étonnant étant donné les tensions géopolitiques entre les deux pays. En outre, il est généralement admis que les bandes de hackers russes surtout actives en dehors de la Russie sont généralement épargnées et ne peuvent donc pas facilement être identifiées ou arrêtées.

Cette affaire arrive à un moment où divers sites web gouvernementaux sont paralysés en Ukraine en raison d'une cyber-attaque à grande échelle et où les tensions sont vives avec la Russie. En principe, il n'y aurait pourtant pas de lien entre les deux.

Les auteurs encourent jusqu'à sept ans d'emprisonnement. Le risque d'une extradition vers les Etats-Unis semble toutefois réduit. Une source a en tout cas révélé à l'agence de presse russe Interfax que les personnes de nationalité russe arrêtées ne seront pas livrées aux Etats-Unis.

REvil est une bande criminelle qui a ces deux dernières années lancé des attaques au rançongiciel contre des entreprises. Elle fut notamment impliquée dans l'attaque au ransomware propagée via Kaseya VSA. En octobre, l'organisation sembla vouloir stopper ses activités après avoir elle-même été piratée, alors qu'une collaboration entre différents services de sécurité parut avoir mis définitivement hors ligne les sites de la bande.Le service de sécurité russe FSB annonce à présent avoir effectué des perquisitions dans 25 lieux. A cette occasion, quatorze personnes ont été arrêtées, et 426 millions de roubles (un demi-million d'euros), des ordinateurs et vingt voitures de luxe ont été confisqués, selon l'agence Reuters.Intervention russe exceptionnelleLa Russie a effectué ces démarches à la demande des Etats-Unis. Voilà qui s'avère particulièrement étonnant étant donné les tensions géopolitiques entre les deux pays. En outre, il est généralement admis que les bandes de hackers russes surtout actives en dehors de la Russie sont généralement épargnées et ne peuvent donc pas facilement être identifiées ou arrêtées.Cette affaire arrive à un moment où divers sites web gouvernementaux sont paralysés en Ukraine en raison d'une cyber-attaque à grande échelle et où les tensions sont vives avec la Russie. En principe, il n'y aurait pourtant pas de lien entre les deux.Les auteurs encourent jusqu'à sept ans d'emprisonnement. Le risque d'une extradition vers les Etats-Unis semble toutefois réduit. Une source a en tout cas révélé à l'agence de presse russe Interfax que les personnes de nationalité russe arrêtées ne seront pas livrées aux Etats-Unis.