Selon Nikkei Asia, Apple aurait fait savoir à ses fabricants que pour le prochain trimestre, deux à trois millions d'exemplaires en moins de l'iPhone SE devront être produits, soit un cinquième de moins que la quantité normale. Pour l'ensemble de l'année 2022, l'entreprise table en outre sur quelque dix millions d'AirPods en moins et ce, par rapport aux 76,8 millions d'écouteurs embarqués vers les lieux de vente en 2021.

Le journal d'affaires asiatique fait observer que ce recul n'est pas dû aux pénuries de puces ou à des problèmes logistiques, mais bien à une demande à la baisse. Il fait entre autres allusion à la guerre menée par la Russie en Ukraine (ce qui fait qu'Apple ne vend à présent plus en Russie), mais aussi à l'inflation qui contraint les gens à dépenser moins vite de l'argent pour s'acheter un nouvel appareil.

The Verge y ajoute pour sa part une raison supplémentaire: comme l'iPhone SE est lancé sur le marché en tant qu'un appareil à prix abordable (à partir de 529 euros, le prix d'un modèle de gamme intermédiaire), il vise un autre public. Un public qui ne se rue pas dans les magasins dans les semaines qui suivent la sortie de l'appareil, mais qui préfère souvent attendre que l'appareil en cours d'utilisation doive être remplacé. En même temps, la différence de prix avec un iPhone plus ancien est relativement réduite, ce qui fait que les vieux modèles d'Apple entrent finalement quelque peu en concurrence avec le nouveau SE.

Selon Nikkei Asia, Apple aurait fait savoir à ses fabricants que pour le prochain trimestre, deux à trois millions d'exemplaires en moins de l'iPhone SE devront être produits, soit un cinquième de moins que la quantité normale. Pour l'ensemble de l'année 2022, l'entreprise table en outre sur quelque dix millions d'AirPods en moins et ce, par rapport aux 76,8 millions d'écouteurs embarqués vers les lieux de vente en 2021.Le journal d'affaires asiatique fait observer que ce recul n'est pas dû aux pénuries de puces ou à des problèmes logistiques, mais bien à une demande à la baisse. Il fait entre autres allusion à la guerre menée par la Russie en Ukraine (ce qui fait qu'Apple ne vend à présent plus en Russie), mais aussi à l'inflation qui contraint les gens à dépenser moins vite de l'argent pour s'acheter un nouvel appareil.The Verge y ajoute pour sa part une raison supplémentaire: comme l'iPhone SE est lancé sur le marché en tant qu'un appareil à prix abordable (à partir de 529 euros, le prix d'un modèle de gamme intermédiaire), il vise un autre public. Un public qui ne se rue pas dans les magasins dans les semaines qui suivent la sortie de l'appareil, mais qui préfère souvent attendre que l'appareil en cours d'utilisation doive être remplacé. En même temps, la différence de prix avec un iPhone plus ancien est relativement réduite, ce qui fait que les vieux modèles d'Apple entrent finalement quelque peu en concurrence avec le nouveau SE.