Les fabricants d'électronique ont la préférence des producteurs de puces car leurs commandes sont plus importantes que celles des constructeurs automobiles. Le marché des smartphones représente, par exemple, à lui seul plus d'un milliard d'appareils par an, tandis que celui de l'automobile équivaut à une production annuelle de moins de 100 millions de voitures.

En outre, le secteur automobile a des marges plus faibles et les constructeurs ne sont dès lors pas disposés à payer plus cher pour les puces car ils ne veulent pas compromettre leur rentabilité. Et si les dernières voitures ont besoin de plus de puces, c'est aussi le cas des derniers gadgets électroniques. Les smartphones compatibles avec la 5G, par exemple, ont besoin de 40% de semi-conducteurs en plus que les anciennes versions 4G.

Une partie de la pénurie actuelle a également été provoquée par des estimations trop prudentes de la demande des constructeurs automobiles lorsque les usines se sont arrêtées en raison de la crise du coronavirus. Dès que les usines automobiles ont pu redémarrer, les ventes mondiales de voitures ont augmenté plus que prévu. Un phénomène dû aux mesures de relance prises par de nombreux gouvernements et à des navetteurs moins enclins à prendre les transports publics.

En raison du manque de puces sur le marché, les constructeurs automobiles ont dû revoir leurs objectifs de production. Honda et Nissan l'ont ainsi réduite dans certaines de leurs usines ce mois-ci et Toyota, Volkswagen et Ford, entre autres, ont également pris des mesures.

Les fabricants d'électronique ont la préférence des producteurs de puces car leurs commandes sont plus importantes que celles des constructeurs automobiles. Le marché des smartphones représente, par exemple, à lui seul plus d'un milliard d'appareils par an, tandis que celui de l'automobile équivaut à une production annuelle de moins de 100 millions de voitures.En outre, le secteur automobile a des marges plus faibles et les constructeurs ne sont dès lors pas disposés à payer plus cher pour les puces car ils ne veulent pas compromettre leur rentabilité. Et si les dernières voitures ont besoin de plus de puces, c'est aussi le cas des derniers gadgets électroniques. Les smartphones compatibles avec la 5G, par exemple, ont besoin de 40% de semi-conducteurs en plus que les anciennes versions 4G.Une partie de la pénurie actuelle a également été provoquée par des estimations trop prudentes de la demande des constructeurs automobiles lorsque les usines se sont arrêtées en raison de la crise du coronavirus. Dès que les usines automobiles ont pu redémarrer, les ventes mondiales de voitures ont augmenté plus que prévu. Un phénomène dû aux mesures de relance prises par de nombreux gouvernements et à des navetteurs moins enclins à prendre les transports publics.En raison du manque de puces sur le marché, les constructeurs automobiles ont dû revoir leurs objectifs de production. Honda et Nissan l'ont ainsi réduite dans certaines de leurs usines ce mois-ci et Toyota, Volkswagen et Ford, entre autres, ont également pris des mesures.