Sur base d'un mandat, des agents de la police indienne ont perquisitionné les bureaux de Twitter en Inde. Cette opération a été effectuée, après que Twitter ait apposé un label 'média manipulé' sur un tweet de Sambit Patra, l'un des porte-parole du BJP (Bharatiya Janata Party) nationaliste hindou, le parti du premier ministre Modi.

Le tweet qui généra l'opération policière, porte sur des captures d'écran d'un document qui, selon le parti au pouvoir, a été créé par le parti d'opposition Congress. Dans le document, ce dernier aurait fait en sorte d'attirer l'attention sur la piètre façon, dont le gouvernement indien lutte contre la pandémie.

Congress déclare de son côté, que le document est un faux, et a déposé une plainte à l'encontre de Twitter, à la suite de quoi la plate-forme a apposé le label 'média manipulé' sur les tweets concernés. Sambit Patra, l'une des personnes à avoir tweeté le document, a alors introduit une plainte auprès de la police.

Twitter face à l'Inde

Le parti du premier ministre Modi tente depuis un certain temps déjà de s'opposer aux soi-disant errances de Twitter dans le pays. Plus tôt cette année déjà, le gouvernement avait demandé de supprimer des tweets critiquant la manière dont les autorités combattent la pandémie de la Covid-19.

A présent, l'Inde voudrait aussi que Twitter retire toutes les références à la variante indienne du coronavirus. Il s'agit de la variante B.1.617 particulièrement transmissible, qui se manifesta pour la première fois dans le pays l'année dernière. Des indications géographiques des variantes sont assez souvent utilisées dans les reportages - comme ce fut le cas des variantes britannique ou brésilienne de la Covid-19 -, mais cela est faux, selon l'Inde.

Le pays est touché par une deuxième vague infectieuse particulièrement sévère avec à la clé 300.000 décès dus à la Covid-19, même si le nombre réel pourrait être encore nettement plus élevé. Le gouvernement fait cependant tout ce qu'il peut pour clamer haut et fort que tout est sous contrôle. Plus tôt cette année, le premier ministre Modi avait encore déclaré que son pays avait vaincu la pandémie du corona.

Sur base d'un mandat, des agents de la police indienne ont perquisitionné les bureaux de Twitter en Inde. Cette opération a été effectuée, après que Twitter ait apposé un label 'média manipulé' sur un tweet de Sambit Patra, l'un des porte-parole du BJP (Bharatiya Janata Party) nationaliste hindou, le parti du premier ministre Modi.Le tweet qui généra l'opération policière, porte sur des captures d'écran d'un document qui, selon le parti au pouvoir, a été créé par le parti d'opposition Congress. Dans le document, ce dernier aurait fait en sorte d'attirer l'attention sur la piètre façon, dont le gouvernement indien lutte contre la pandémie.Congress déclare de son côté, que le document est un faux, et a déposé une plainte à l'encontre de Twitter, à la suite de quoi la plate-forme a apposé le label 'média manipulé' sur les tweets concernés. Sambit Patra, l'une des personnes à avoir tweeté le document, a alors introduit une plainte auprès de la police.Le parti du premier ministre Modi tente depuis un certain temps déjà de s'opposer aux soi-disant errances de Twitter dans le pays. Plus tôt cette année déjà, le gouvernement avait demandé de supprimer des tweets critiquant la manière dont les autorités combattent la pandémie de la Covid-19.A présent, l'Inde voudrait aussi que Twitter retire toutes les références à la variante indienne du coronavirus. Il s'agit de la variante B.1.617 particulièrement transmissible, qui se manifesta pour la première fois dans le pays l'année dernière. Des indications géographiques des variantes sont assez souvent utilisées dans les reportages - comme ce fut le cas des variantes britannique ou brésilienne de la Covid-19 -, mais cela est faux, selon l'Inde.Le pays est touché par une deuxième vague infectieuse particulièrement sévère avec à la clé 300.000 décès dus à la Covid-19, même si le nombre réel pourrait être encore nettement plus élevé. Le gouvernement fait cependant tout ce qu'il peut pour clamer haut et fort que tout est sous contrôle. Plus tôt cette année, le premier ministre Modi avait encore déclaré que son pays avait vaincu la pandémie du corona.