En 2018 déjà, le conseil communal d'Anvers avait donné au chef de corps l'autorisation d'utiliser un drone équipé d'une caméra mobile visible sur son territoire. S'ensuivirent plusieurs projets-pilotes, dont des vols d'essai de la police et des pompiers dans le quartier Sint-Andries en 2019 et le recours à des drones pendant une rencontre de football fin 2020. Une analyse préliminaire a récemment encore été réalisée, notamment concernant le cadre d'utilisation, l'enregistrement des images et le transfert de celles-ci vers des unités sur le terrain. 'A présent que cette analyse est terminée et après l'approbation par le conseil communal, la police va intégrer l'utilisation de drones dans son fonctionnement habituel', annonce la ville d'Anvers.

Cadre légal

On annonce tout un éventail de possibilités d'utilisation, surtout lors de missions de la police administrative et judiciaire. Le contrôle de manifestations et d'événements, le support opérationnel en cas d'assistance ou d'intervention policière, l'imagerie lors de catastrophes, d'actes criminels et de nuisances, et l'exploration de zones notamment sont cités en exemples. L'utilisation de drones s'effectuera toujours sur la base d'un cadre prédéterminé, conformément aux règles juridiques en vigueur et en vertu des procédures strictes respectant le droit à la protection des données, selon la ville. La caméra sera utilisée dans des endroits ouverts ou publics. Le drone ne pourra être utilisé qu'à la demande du ministère public ou que sur mandat du magistrat compétent s'il s'agit de lieux davantage privés.

En 2018 déjà, le conseil communal d'Anvers avait donné au chef de corps l'autorisation d'utiliser un drone équipé d'une caméra mobile visible sur son territoire. S'ensuivirent plusieurs projets-pilotes, dont des vols d'essai de la police et des pompiers dans le quartier Sint-Andries en 2019 et le recours à des drones pendant une rencontre de football fin 2020. Une analyse préliminaire a récemment encore été réalisée, notamment concernant le cadre d'utilisation, l'enregistrement des images et le transfert de celles-ci vers des unités sur le terrain. 'A présent que cette analyse est terminée et après l'approbation par le conseil communal, la police va intégrer l'utilisation de drones dans son fonctionnement habituel', annonce la ville d'Anvers.On annonce tout un éventail de possibilités d'utilisation, surtout lors de missions de la police administrative et judiciaire. Le contrôle de manifestations et d'événements, le support opérationnel en cas d'assistance ou d'intervention policière, l'imagerie lors de catastrophes, d'actes criminels et de nuisances, et l'exploration de zones notamment sont cités en exemples. L'utilisation de drones s'effectuera toujours sur la base d'un cadre prédéterminé, conformément aux règles juridiques en vigueur et en vertu des procédures strictes respectant le droit à la protection des données, selon la ville. La caméra sera utilisée dans des endroits ouverts ou publics. Le drone ne pourra être utilisé qu'à la demande du ministère public ou que sur mandat du magistrat compétent s'il s'agit de lieux davantage privés.