"Nous avons en effet fait face à la plus grande cyberattaque de l'histoire de RUTUBE", indique le communiqué publié sur Telegram, en soulignant que le rétablissement de l'accès à la plateforme "prendra plus de temps que les ingénieurs ne pensaient initialement". Un écran noir apparaissait sur le site Rutube.ru mardi matin, accompagné du descriptif en caractères blancs "Les travaux de maintenance sont en cours. Le site a été attaqué. Actuellement, la situation est sous contrôle. Les données des utilisateurs sont sauvegardées".

Selon Rutube, le site est inaccessible depuis lundi, jour où la Russie a célébré en grande pompe le 9 mai marquant la victoire de 1945 sur les nazis, en justifiant notamment son invasion de l'Ukraine. Rutube impute l'attaque aux mêmes hackeurs qui ont "attaqué constamment les sites des institutions publiques russes ces deux derniers mois", après le déclenchement de l'offensive russe le 24 février.

Lundi, les médias ukrainiens ont par ailleurs rapporté, photos à l'appui, un piratage des systèmes de diffusion des chaînes de télévision russes MTS, NTV-Plus, Rostelecom et Winx pour afficher le message "Le sang des milliers d'Ukrainiens et des centaines de leurs enfants tués est sur vos mains. La télévision et les autorités mentent. Non à la guerre". Un long texte dénonçant l'intervention militaire russe en Ukraine, "sanglante et absurde", a également été publié lundi matin par deux journalistes du site d'information Lenta.ru, considéré comme loyal aux autorités russes, avant d'en être rapidement retiré. "Nous cherchons maintenant du travail, des avocats et peut-être un asile politique", ont souligné ses auteurs, Egor Poliakov et Alexandra Mirochnikova.

En mars, Marina Ovsiannikova, employée du Pervy Kanal, s'est illustrée en faisant irruption en direct lors du journal télévisé le plus regardé de Russie, sur cette chaîne nationale, avec une pancarte critiquant l'opération militaire de Moscou en Ukraine et dénonçant la "propagande" en sa faveur des médias contrôlés par le pouvoir. Les images de ce geste ont fait le tour du monde, nombre d'internautes saluant un acte d'un "courage extraordinaire", dans un contexte de répression de toute voix critique en Russie.

"Nous avons en effet fait face à la plus grande cyberattaque de l'histoire de RUTUBE", indique le communiqué publié sur Telegram, en soulignant que le rétablissement de l'accès à la plateforme "prendra plus de temps que les ingénieurs ne pensaient initialement". Un écran noir apparaissait sur le site Rutube.ru mardi matin, accompagné du descriptif en caractères blancs "Les travaux de maintenance sont en cours. Le site a été attaqué. Actuellement, la situation est sous contrôle. Les données des utilisateurs sont sauvegardées". Selon Rutube, le site est inaccessible depuis lundi, jour où la Russie a célébré en grande pompe le 9 mai marquant la victoire de 1945 sur les nazis, en justifiant notamment son invasion de l'Ukraine. Rutube impute l'attaque aux mêmes hackeurs qui ont "attaqué constamment les sites des institutions publiques russes ces deux derniers mois", après le déclenchement de l'offensive russe le 24 février. Lundi, les médias ukrainiens ont par ailleurs rapporté, photos à l'appui, un piratage des systèmes de diffusion des chaînes de télévision russes MTS, NTV-Plus, Rostelecom et Winx pour afficher le message "Le sang des milliers d'Ukrainiens et des centaines de leurs enfants tués est sur vos mains. La télévision et les autorités mentent. Non à la guerre". Un long texte dénonçant l'intervention militaire russe en Ukraine, "sanglante et absurde", a également été publié lundi matin par deux journalistes du site d'information Lenta.ru, considéré comme loyal aux autorités russes, avant d'en être rapidement retiré. "Nous cherchons maintenant du travail, des avocats et peut-être un asile politique", ont souligné ses auteurs, Egor Poliakov et Alexandra Mirochnikova. En mars, Marina Ovsiannikova, employée du Pervy Kanal, s'est illustrée en faisant irruption en direct lors du journal télévisé le plus regardé de Russie, sur cette chaîne nationale, avec une pancarte critiquant l'opération militaire de Moscou en Ukraine et dénonçant la "propagande" en sa faveur des médias contrôlés par le pouvoir. Les images de ce geste ont fait le tour du monde, nombre d'internautes saluant un acte d'un "courage extraordinaire", dans un contexte de répression de toute voix critique en Russie.