Avec la BlackBerry Digital Workplace, la multinationale canadienne entend lancer sur le marché une alternative plus sûre aux traditionnels VPN et Virtual Desktop Infrastructures (VDI). Ces solutions 'work anywhere' ne parviennent parfois pas, selon BlackBerry, à protéger les entreprises contre la menace croissante du malware et d'autres cyber-risques.

La BlackBerry Digital Workplace, qui repose sur la Zero Trust Architecture du fabricant de smartphones autrefois si influent, rend les VPN ou VDI superflus et fournit, toujours selon BlackBerry, une protection permanente grâce à l'application de l'intelligence artificielle et de l'apprentissage machine.

La BlackBerry Digital Workplace est dans la pratique une combinaison de trois produits: le navigateur sécurisé de BlackBerry même, la protection antivirus et antimalware de Cylance (l'entreprise qui a été rachetée par les Canadiens pour 1,4 milliard de dollars il y a exactement un an) et donc le logiciel de la jeune pousse belge Awingu. Avec la plate-forme 'cloud' virtuelle de cette dernière, les entreprises peuvent faire tourner quasiment toutes leurs applications professionnelles (des applications héritées aux applications AS/400 résidentes) via un navigateur web sur des ordinateurs, tablettes et smartphones. La seule condition est que ce navigateur supporte HTML 5.

Alternative à Citrix

"Nous sommes très fiers qu'Awingu fasse partie intégrante d'une importante solution de BlackBerry, qui effectue ainsi son comeback en tant que 'security vendor'", déclare le CEO Walter Van Uytven. Selon lui, avec la BlackBerry Digital Workplace, l'entreprise entend pleinement concurrencer VMware et Citrix, laquelle se trouve sous très forte pression ces dernières semaines.

Depuis que BlackBerry a décidé en 2016 de ne plus fabriquer elle-même des téléphones mobiles, elle s'est concentrée sur les logiciels et la sécurité. Deux années plus tard, l'entreprise a conclu un partenariat stratégique avec Awingu, dont la plate-forme 'cloud' virtuelle a été vendue depuis lors par BlackBerry sous la forme d'une extension ('add-on').

Avec la BlackBerry Digital Workplace, la multinationale canadienne entend lancer sur le marché une alternative plus sûre aux traditionnels VPN et Virtual Desktop Infrastructures (VDI). Ces solutions 'work anywhere' ne parviennent parfois pas, selon BlackBerry, à protéger les entreprises contre la menace croissante du malware et d'autres cyber-risques.La BlackBerry Digital Workplace, qui repose sur la Zero Trust Architecture du fabricant de smartphones autrefois si influent, rend les VPN ou VDI superflus et fournit, toujours selon BlackBerry, une protection permanente grâce à l'application de l'intelligence artificielle et de l'apprentissage machine.La BlackBerry Digital Workplace est dans la pratique une combinaison de trois produits: le navigateur sécurisé de BlackBerry même, la protection antivirus et antimalware de Cylance (l'entreprise qui a été rachetée par les Canadiens pour 1,4 milliard de dollars il y a exactement un an) et donc le logiciel de la jeune pousse belge Awingu. Avec la plate-forme 'cloud' virtuelle de cette dernière, les entreprises peuvent faire tourner quasiment toutes leurs applications professionnelles (des applications héritées aux applications AS/400 résidentes) via un navigateur web sur des ordinateurs, tablettes et smartphones. La seule condition est que ce navigateur supporte HTML 5."Nous sommes très fiers qu'Awingu fasse partie intégrante d'une importante solution de BlackBerry, qui effectue ainsi son comeback en tant que 'security vendor'", déclare le CEO Walter Van Uytven. Selon lui, avec la BlackBerry Digital Workplace, l'entreprise entend pleinement concurrencer VMware et Citrix, laquelle se trouve sous très forte pression ces dernières semaines.Depuis que BlackBerry a décidé en 2016 de ne plus fabriquer elle-même des téléphones mobiles, elle s'est concentrée sur les logiciels et la sécurité. Deux années plus tard, l'entreprise a conclu un partenariat stratégique avec Awingu, dont la plate-forme 'cloud' virtuelle a été vendue depuis lors par BlackBerry sous la forme d'une extension ('add-on').