En décembre dernier, ING lançait une nouvelle appli mobile. Il ne s'agissait pas d'une nouvelle version, mais d'une application entièrement inédite. Au fil du temps, la banque fait migrer divers groupes de clients, qui reçoivent un message par mail (ou par la poste) un mois avant et, à partir de trois semaines à l'avance aussi dans l'appli, qu'il sera mis fin à l'ancienne.

Or cette nouvelle appli est loin d'être prête. Dans les avis des utilisateurs à propos tant d'iOS que d'Android, la nouvelle version est 'descendue en flammes'. Des centaines d'utilisateurs se plaignent que l'appli propose moins de fonctions, mais aussi que plusieurs choses ne fonctionnent tout simplement pas ou mal.

., PVL
. © PVL

C'est ainsi que les petits virements ne fonctionnent pas sans digipass, qu'il n'est pas possible de créer des profils et que les gens se voient informés que leur carte est bloquée. D'autres personnes se plaignent de l'impossibilité d'ajouter plus d'un compte et que l'interface utilisateur est si confuse qu'elles virent de l'argent à un compte erroné. Les virements par Bancontact vers Doccle par exemple via l'appli ne sont pas non plus possibles.

., PVL
. © PVL

Ces plaintes ne sont pas neuves. En février déjà, le journal De Tijd annonçait que la nouvelle appli posait tellement de problèmes que les clients n'avaient d'autre solution que de garder l'ancienne. Aujourd'hui, ce n'est plus possible car quiconque a migré, ne dispose plus que de la nouvelle appli. En février toujours, on apprenait que la nouvelle version devrait être généralisée pour la fin de l'année, mais six mois plus tard, soit huit mois après le lancement, de nombreux problèmes sont encore loin d'être résolus.

ING: les fonctions principales sont au point

ING nuance les problèmes. "Les principales opérations pour lesquelles nos clients utilisent l'appli, fonctionnent bien et via l'application web, il n'y a aucun problème. Nous comprenons évidemment les plaintes - tout changement entraîne son lot de difficultés -, mais nous nous portons garants que nos clients verront la différence à terme", déclare un porte-parole à Data News. Néanmoins, les remarques susmentionnées proviennent de commentaires d'utilisateurs pas plus tard que la semaine dernière.

Une fois la migration terminée, ING se targue du fait qu'elle pourra déployer nettement plus rapidement des applications innovantes pratiques dans différents pays. Selon la banque, l'appli sera aussi plus sûre et plus orientée vers le futur.

La nouvelle appli a été développée en interne par 25 équipes situées en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Espagne. En tout, quelque deux cents personnes collaborent à l'application. Il en résulte que celle-ci dispose d'une architecture plus svelte, ce qui permet des mises à jour toutes les deux semaines, contre deux fois par an pour l'ancienne appli.

La banque admet cependant qu'un certain nombre de fonctions à moindre valeur ajoutée ne sont plus reprises dans la nouvelle appli ING Banking. Elle promet cependant d'autres fonctionnalités. Comme la possibilité de souscrire une assurance voiture numérique et de gérer des abonnements à divers services. Et d'ajouter que les principales fonctions seront bien disponibles cet automne.

Mais jusqu'à ce que les fonctions de base fonctionnent vraiment de manière fluide, les clients sont comme expulsés d'une ancienne habitation leur convenant parfaitement pour trouver refuge dans un nouveau logement pour le moins spartiate.

En décembre dernier, ING lançait une nouvelle appli mobile. Il ne s'agissait pas d'une nouvelle version, mais d'une application entièrement inédite. Au fil du temps, la banque fait migrer divers groupes de clients, qui reçoivent un message par mail (ou par la poste) un mois avant et, à partir de trois semaines à l'avance aussi dans l'appli, qu'il sera mis fin à l'ancienne.Or cette nouvelle appli est loin d'être prête. Dans les avis des utilisateurs à propos tant d'iOS que d'Android, la nouvelle version est 'descendue en flammes'. Des centaines d'utilisateurs se plaignent que l'appli propose moins de fonctions, mais aussi que plusieurs choses ne fonctionnent tout simplement pas ou mal.C'est ainsi que les petits virements ne fonctionnent pas sans digipass, qu'il n'est pas possible de créer des profils et que les gens se voient informés que leur carte est bloquée. D'autres personnes se plaignent de l'impossibilité d'ajouter plus d'un compte et que l'interface utilisateur est si confuse qu'elles virent de l'argent à un compte erroné. Les virements par Bancontact vers Doccle par exemple via l'appli ne sont pas non plus possibles.Ces plaintes ne sont pas neuves. En février déjà, le journal De Tijd annonçait que la nouvelle appli posait tellement de problèmes que les clients n'avaient d'autre solution que de garder l'ancienne. Aujourd'hui, ce n'est plus possible car quiconque a migré, ne dispose plus que de la nouvelle appli. En février toujours, on apprenait que la nouvelle version devrait être généralisée pour la fin de l'année, mais six mois plus tard, soit huit mois après le lancement, de nombreux problèmes sont encore loin d'être résolus.ING nuance les problèmes. "Les principales opérations pour lesquelles nos clients utilisent l'appli, fonctionnent bien et via l'application web, il n'y a aucun problème. Nous comprenons évidemment les plaintes - tout changement entraîne son lot de difficultés -, mais nous nous portons garants que nos clients verront la différence à terme", déclare un porte-parole à Data News. Néanmoins, les remarques susmentionnées proviennent de commentaires d'utilisateurs pas plus tard que la semaine dernière.Une fois la migration terminée, ING se targue du fait qu'elle pourra déployer nettement plus rapidement des applications innovantes pratiques dans différents pays. Selon la banque, l'appli sera aussi plus sûre et plus orientée vers le futur.La nouvelle appli a été développée en interne par 25 équipes situées en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Espagne. En tout, quelque deux cents personnes collaborent à l'application. Il en résulte que celle-ci dispose d'une architecture plus svelte, ce qui permet des mises à jour toutes les deux semaines, contre deux fois par an pour l'ancienne appli.La banque admet cependant qu'un certain nombre de fonctions à moindre valeur ajoutée ne sont plus reprises dans la nouvelle appli ING Banking. Elle promet cependant d'autres fonctionnalités. Comme la possibilité de souscrire une assurance voiture numérique et de gérer des abonnements à divers services. Et d'ajouter que les principales fonctions seront bien disponibles cet automne. Mais jusqu'à ce que les fonctions de base fonctionnent vraiment de manière fluide, les clients sont comme expulsés d'une ancienne habitation leur convenant parfaitement pour trouver refuge dans un nouveau logement pour le moins spartiate.