Il n'existe aucune preuve que ces phénomènes aient une origine extraterrestre, a-t-elle souligné d'emblée. Mais le sujet est on ne peut plus important, car il concerne à la fois la sécurité nationale et celle du trafic aérien. Après le renseignement américain l'année dernière, c'est ainsi au tour de l'agence spatiale américaine de se pencher sur la question.

La Nasa souhaite au passage dé-stigmatiser le sujet. "L'un des résultats de cette étude pour moi serait de faire comprendre à tout le monde (...) que le processus scientifique est valable pour traiter tous les problèmes, y compris celui-là", a déclaré lors d'une conférence de presse Thomas Zurbuchen, administrateur associé à la Nasa. Il a dit avoir lui-même décidé du lancement de cette enquête.

Elle sera menée par d'éminents scientifiques et experts en aéronautique. Prévue pour démarrer au début de l'automne, elle devrait durer neuf mois et aboutir sur un rapport rendu public. Trois objectifs sont annoncés: rassembler les données déjà existantes, déterminer celles qui manquent et comment les collecter au mieux, et décider avec quels outils les analyser à l'avenir. "Nous avons une compilation très limitée de ces observations aujourd'hui", a déclaré David Spergel, astrophysicien placé à la tête de ces travaux. "Cela rend difficile de tirer des conclusions."

Or, des montagnes de données existent en réalité, selon les experts de la Nasa, qui souhaitent ainsi les rassembler auprès des gouvernements, entreprises privées, associations ou encore particuliers. Le budget accordé pour cette étude ne dépassera pas les 100.000 dollars.

En juin 2021, le renseignement américain avait affirmé dans un rapport très attendu qu'il n'existait pas de preuves d'existence des extraterrestres, tout en reconnaissant que des dizaines de phénomènes constatés par des pilotes militaires ne pouvaient pas être expliqués. Selon le Pentagone, un nombre croissant d'objets non identifiés sont signalés dans le ciel depuis 20 ans.

"Je ne crois pas que quelqu'un se soit déjà penché de façon systématique sur les phénomènes aériens non identifiés par le passé", a déclaré jeudi Daniel Evans, en charge de coordonner l'étude pour l'agence spatiale. Mais "au fil des décennies, la Nasa a répondu à l'appel lancé pour s'attaquer à certains des mystères les plus déconcertants que nous connaissons, et ceci n'est pas différent".

Il n'existe aucune preuve que ces phénomènes aient une origine extraterrestre, a-t-elle souligné d'emblée. Mais le sujet est on ne peut plus important, car il concerne à la fois la sécurité nationale et celle du trafic aérien. Après le renseignement américain l'année dernière, c'est ainsi au tour de l'agence spatiale américaine de se pencher sur la question.La Nasa souhaite au passage dé-stigmatiser le sujet. "L'un des résultats de cette étude pour moi serait de faire comprendre à tout le monde (...) que le processus scientifique est valable pour traiter tous les problèmes, y compris celui-là", a déclaré lors d'une conférence de presse Thomas Zurbuchen, administrateur associé à la Nasa. Il a dit avoir lui-même décidé du lancement de cette enquête.Elle sera menée par d'éminents scientifiques et experts en aéronautique. Prévue pour démarrer au début de l'automne, elle devrait durer neuf mois et aboutir sur un rapport rendu public. Trois objectifs sont annoncés: rassembler les données déjà existantes, déterminer celles qui manquent et comment les collecter au mieux, et décider avec quels outils les analyser à l'avenir. "Nous avons une compilation très limitée de ces observations aujourd'hui", a déclaré David Spergel, astrophysicien placé à la tête de ces travaux. "Cela rend difficile de tirer des conclusions."Or, des montagnes de données existent en réalité, selon les experts de la Nasa, qui souhaitent ainsi les rassembler auprès des gouvernements, entreprises privées, associations ou encore particuliers. Le budget accordé pour cette étude ne dépassera pas les 100.000 dollars.En juin 2021, le renseignement américain avait affirmé dans un rapport très attendu qu'il n'existait pas de preuves d'existence des extraterrestres, tout en reconnaissant que des dizaines de phénomènes constatés par des pilotes militaires ne pouvaient pas être expliqués. Selon le Pentagone, un nombre croissant d'objets non identifiés sont signalés dans le ciel depuis 20 ans."Je ne crois pas que quelqu'un se soit déjà penché de façon systématique sur les phénomènes aériens non identifiés par le passé", a déclaré jeudi Daniel Evans, en charge de coordonner l'étude pour l'agence spatiale. Mais "au fil des décennies, la Nasa a répondu à l'appel lancé pour s'attaquer à certains des mystères les plus déconcertants que nous connaissons, et ceci n'est pas différent".