"Telegram va commencer à générer des revenus à partir de l'année prochaine", par de nouveaux services payants et une plateforme publicitaire, a déclaré sur sa chaîne Telegram Pavel Dourov, co-fondateur russe de la messagerie. Il a assuré que cela se ferait "de manière non intrusive" et que "la plupart des utilisateurs ne remarqueront pratiquement aucun changement"

La monétisation va se faire par l'introduction de services payants pour des "utilisateurs premium", tels que les entreprises utilisant Telegram à des fins professionnelles.

Pavel Dourov a noté que certaines chaînes Telegram (qui s'apparentent plutôt à des blogs ou à un fil Twitter) suivies par des millions de personnes font déjà de la publicité.

Telegram souhaite donc désormais introduire sa propre plateforme publicitaire pour ce type d'annonces, prévoyant une rétribution pour ceux qui gèrent les chaînes en question. Le patron de Telegram assure que "toutes les fonctionnalités actuellement gratuites le resteront" et que le service de messagerie restera sans publicité.

Telegram approchant les 500 millions d'utilisateurs actifs, M. Dourov affirme que le groupe "a besoin d'au moins quelques centaines de millions de dollars par an pour continuer", indiquant avoir jusque-là payé de sa propre poche la majeure partie des dépenses de l'entreprise.

Il a également balayé l'option de la vente de l'entreprise, "comme les fondateurs de Whatsapp", messagerie concurrente souvent critiquée par M. Dourov, qui a plusieurs fois pointé des failles de sécurité. (Belga)

"Telegram va commencer à générer des revenus à partir de l'année prochaine", par de nouveaux services payants et une plateforme publicitaire, a déclaré sur sa chaîne Telegram Pavel Dourov, co-fondateur russe de la messagerie. Il a assuré que cela se ferait "de manière non intrusive" et que "la plupart des utilisateurs ne remarqueront pratiquement aucun changement"La monétisation va se faire par l'introduction de services payants pour des "utilisateurs premium", tels que les entreprises utilisant Telegram à des fins professionnelles.Pavel Dourov a noté que certaines chaînes Telegram (qui s'apparentent plutôt à des blogs ou à un fil Twitter) suivies par des millions de personnes font déjà de la publicité.Telegram souhaite donc désormais introduire sa propre plateforme publicitaire pour ce type d'annonces, prévoyant une rétribution pour ceux qui gèrent les chaînes en question. Le patron de Telegram assure que "toutes les fonctionnalités actuellement gratuites le resteront" et que le service de messagerie restera sans publicité.Telegram approchant les 500 millions d'utilisateurs actifs, M. Dourov affirme que le groupe "a besoin d'au moins quelques centaines de millions de dollars par an pour continuer", indiquant avoir jusque-là payé de sa propre poche la majeure partie des dépenses de l'entreprise.Il a également balayé l'option de la vente de l'entreprise, "comme les fondateurs de Whatsapp", messagerie concurrente souvent critiquée par M. Dourov, qui a plusieurs fois pointé des failles de sécurité. (Belga)