Onkyo, surtout connue comme fabricant d'amplificateurs et de haut-parleurs, a introduit une demande de faillite auprès du tribunal d'Osaka, selon Nikkei Aisa. L'entreprise aurait un endettement de quelque trois milliards de yens, soit 22 millions d'euros après conversion.

La marque hifi jouissait d'une bonne réputation après des audiophiles. Onkyo existe depuis 1946 et est surtout parvenue à engranger du succès avec ses amplificateurs, lecteurs CD, récepteurs AV et chaînes stéréo. Elle crût aussi à une époque où les gens écoutaient de la musique sur des chaînes stéréo et des tourne-disques, mais elle semble ne pas avoir bien assimilé le passage à l'équipement de diffusion (streaming) et aux smartphones.

Ces dernières années, l'entreprise essaya de s'étendre entre autres du côté des casques d'écoute. Des filiales d'Onkyo étaient tombées en faillite en mars déjà. Des composantes de l'entreprise ont été revendues en septembre dernier à VOXX et au concurrent Sharp. 'Nous avons tenté l'impossible pour aller de l'avant, mais nous n'avons pas pu apurer nos dettes', indique l'entreprise.

Onkyo, surtout connue comme fabricant d'amplificateurs et de haut-parleurs, a introduit une demande de faillite auprès du tribunal d'Osaka, selon Nikkei Aisa. L'entreprise aurait un endettement de quelque trois milliards de yens, soit 22 millions d'euros après conversion.La marque hifi jouissait d'une bonne réputation après des audiophiles. Onkyo existe depuis 1946 et est surtout parvenue à engranger du succès avec ses amplificateurs, lecteurs CD, récepteurs AV et chaînes stéréo. Elle crût aussi à une époque où les gens écoutaient de la musique sur des chaînes stéréo et des tourne-disques, mais elle semble ne pas avoir bien assimilé le passage à l'équipement de diffusion (streaming) et aux smartphones.Ces dernières années, l'entreprise essaya de s'étendre entre autres du côté des casques d'écoute. Des filiales d'Onkyo étaient tombées en faillite en mars déjà. Des composantes de l'entreprise ont été revendues en septembre dernier à VOXX et au concurrent Sharp. 'Nous avons tenté l'impossible pour aller de l'avant, mais nous n'avons pas pu apurer nos dettes', indique l'entreprise.