Dans ce projet, il est stipulé que les autorités anticartel américaines doivent pouvoir examiner très attentivement si les entreprises en question respectent bien la loi. Mais ce processus semble encore en être à un stade précoce. Selon un collaborateur anonyme de la Maison Blanche, le projet de décret doit encore être approuvé par diverses instances publiques. Officiellement, le gouvernement ne laissera cependant quasiment rien au hasard.

On sait depuis assez longtemps déjà que Trump n'accepte pas certains points de vue exprimés sur les médias sociaux. C'est ainsi qu'en août, il s'était plaint sur Twitter que les médias sociaux adoptent une attitude discriminatoire à l'égard des républicains et des conservateurs aux Etats-Unis, dont l'opinion ne peut par conséquent être bien comprise. Google n'a pas encore réagi, alors que Facebook s'est refusé à tout commentaire.