Ressa a déclaré dans une interview accordée lors du Bloomberg Live's Equality Summit qu'il est toujours plus malaisé de différencier la réalité et la fiction. 'C'est comme si une bombe atomique explosait dans notre écosystème d'informations', explique Ressa. 'Comment faire rentrer le mauvais esprit dans la bouteille? Je pense avant tout à la législation.'

Et de citer l'Online Safety Bill britannique comme un exemple de réglementation rendant les firmes technologiques davantage responsables. Elle met cependant en garde contre le fait que l'agrément de ce genre de loi peut prendre des années.

La démocratie en jeu

Ressa a invité Facebook à adapter ses flux de nouvelles. Selon elle, il est nécessaire d'accorder de l'attention à des sources crédibles avant les élections présidentielles qui auront lieu en mai 2022 aux Philippines. 'Nous n'aurons pas des élections intègres si la réalité n'est pas respectée. C'est notre démocratie qui est en jeu', prétend-elle.

Lisez aussi: Un nouveau lanceur d'alerte reproche à Facebook de laisser passer du contenu problématique pour engranger du bénéfice

Aux Etats-Unis, Facebook est de nouveau dans la ligne de mire, après qu'un lanceur d'alerte a affirmé que l'entreprise a minimisé les risques de ses plates-formes pour le public. Les législateurs américains envisagent des lois en vue de renforcer les règles de confidentialité pour les entreprises internet, ainsi que la sécurité des enfants en ligne.

Nouvelles factices

La journaliste philippine a partagé le prix Nobel de la Paix avec le rédacteur russe Dmitri Moeratov. Les deux ont été récompensés pour leurs efforts en vue de garantir la liberté d'expression. Ressa a aussi reçu le prix pour ses articles consacrés à la guerre contre la drogue menée par le président Rodrigo Duterte, qui a fait des milliers de morts, ainsi que pour avoir documenté la diffusion de nouvelles factices par les médias sociaux.

Ressa a déclaré dans une interview accordée lors du Bloomberg Live's Equality Summit qu'il est toujours plus malaisé de différencier la réalité et la fiction. 'C'est comme si une bombe atomique explosait dans notre écosystème d'informations', explique Ressa. 'Comment faire rentrer le mauvais esprit dans la bouteille? Je pense avant tout à la législation.'Et de citer l'Online Safety Bill britannique comme un exemple de réglementation rendant les firmes technologiques davantage responsables. Elle met cependant en garde contre le fait que l'agrément de ce genre de loi peut prendre des années.Ressa a invité Facebook à adapter ses flux de nouvelles. Selon elle, il est nécessaire d'accorder de l'attention à des sources crédibles avant les élections présidentielles qui auront lieu en mai 2022 aux Philippines. 'Nous n'aurons pas des élections intègres si la réalité n'est pas respectée. C'est notre démocratie qui est en jeu', prétend-elle.Lisez aussi: Un nouveau lanceur d'alerte reproche à Facebook de laisser passer du contenu problématique pour engranger du bénéficeAux Etats-Unis, Facebook est de nouveau dans la ligne de mire, après qu'un lanceur d'alerte a affirmé que l'entreprise a minimisé les risques de ses plates-formes pour le public. Les législateurs américains envisagent des lois en vue de renforcer les règles de confidentialité pour les entreprises internet, ainsi que la sécurité des enfants en ligne.La journaliste philippine a partagé le prix Nobel de la Paix avec le rédacteur russe Dmitri Moeratov. Les deux ont été récompensés pour leurs efforts en vue de garantir la liberté d'expression. Ressa a aussi reçu le prix pour ses articles consacrés à la guerre contre la drogue menée par le président Rodrigo Duterte, qui a fait des milliers de morts, ainsi que pour avoir documenté la diffusion de nouvelles factices par les médias sociaux.