L'enquête effectuée par la Justice porte sur de possibles formes de concurrence déloyale exploitées par ces entreprises sur des plates-formes internet, médias sociaux et services de magasins web. Cette nouvelle a en tout cas fait reculer les cours des actions de ces géants à la clôture de la bourse de New York.

L'enquête doit démontrer "si et comment des plates-formes en ligne qui donnent le ton, ont acquis leur position de force sur le marché et ont eu recours à des pratiques destinées à limiter la concurrence, à freiner l'innovation, voire à léser les clients", explique-t-on au ministère. La question à laquelle la Justice tente partiellement de répondre, est de savoir si les géants technologiques sont devenus tellement grands que de nouveaux venus n'ont plus aucune chance d'arriver sur le marché. Tout semble indiquer qu'aucune incrimination spécifique n'est envisagée, mais qu'en lieu et place, la Justice veut faire flèche de tout bois, afin de vérifier comment ces entreprises ont bâti leur empire et ce qu'elles ont fait pour le conserver.

Les firmes ciblées ne sont pas nommément citées, mais l'enquête cible notamment les préoccupations existantes dans les domaines "des recherches, des médias sociaux et d'un certain nombre de services de vente au détail en ligne". On peut dès lors en conclure que ce sont bien Amazon, Alphabet, Facebook et, probablement, aussi Apple qui sont visées. La Justice américaine peut certes mener l'enquête sur la concurrence déloyale de la part d'entreprises, mais elle l'a fait jusqu'à présent de manière moins intensive que la Commission européenne entre autres, qui a déjà infligé à plusieurs reprises des amendes à Google par exemple, notamment pour abus de sa position dominante sur le marché.

L'annonce de l'enquête intervient la veille du jour, où, d'après la rumeur, le contrôleur américain devrait annoncer infliger à Facebook une amende de 5 milliards de dollars suite à divers scandales en matière de respect de la vie privée.