Deltaray est une spin-off de l'imec et de l'université d'Anvers. L'entreprise a mis au point un outil de contrôle de qualité sans interrompre pour autant le processus de production. Elle y parvient en scannant les objets au moyen de rayons X et en analysant ensuite les scans en 3D au moyen de l'intelligence artificielle.

La start-up a effectué tout le programme d'accélération d'imec.istart et a obtenu des subsides de Vlaio. Dans le cadre d'une nouvelle phase d'investissement, l'entreprise se voit à présent allouer du capital de la société d'investissement limbourgeoise LRM, de l'imec, de l'université d'Anvers et de quelques investisseurs privés. Cette phase de capitalisation lui a rapporté en tout 1,3 million d'euros.

Sous le scanner

La technologie de Deltaray est surtout utilisée dans ce qu'on appelle les environnements Industry 4.0 avec, comme avantage, que les rayons X examinent aussi la face interne des produits. L'entreprise a décroché un brevet mondial et envisage un solide potentiel pour sa technologie. "Les rayons X sont aujourd'hui déjà utilisés pour des contrôles de qualité d'échantillonnages", déclare le cofondateur et CEO Dirk Hamelinck dans un communiqué de presse. "Mais ce qui nous différencie des autres, c'est que nous scannons chaque objet sur le lieu de production et à la vitesse de production normale. Ce faisant, d'éventuelles erreurs sont immédiatement visibles, et Deltaray garantit donc un résultat impeccable."

Deltaray est une spin-off de l'imec et de l'université d'Anvers. L'entreprise a mis au point un outil de contrôle de qualité sans interrompre pour autant le processus de production. Elle y parvient en scannant les objets au moyen de rayons X et en analysant ensuite les scans en 3D au moyen de l'intelligence artificielle.La start-up a effectué tout le programme d'accélération d'imec.istart et a obtenu des subsides de Vlaio. Dans le cadre d'une nouvelle phase d'investissement, l'entreprise se voit à présent allouer du capital de la société d'investissement limbourgeoise LRM, de l'imec, de l'université d'Anvers et de quelques investisseurs privés. Cette phase de capitalisation lui a rapporté en tout 1,3 million d'euros.La technologie de Deltaray est surtout utilisée dans ce qu'on appelle les environnements Industry 4.0 avec, comme avantage, que les rayons X examinent aussi la face interne des produits. L'entreprise a décroché un brevet mondial et envisage un solide potentiel pour sa technologie. "Les rayons X sont aujourd'hui déjà utilisés pour des contrôles de qualité d'échantillonnages", déclare le cofondateur et CEO Dirk Hamelinck dans un communiqué de presse. "Mais ce qui nous différencie des autres, c'est que nous scannons chaque objet sur le lieu de production et à la vitesse de production normale. Ce faisant, d'éventuelles erreurs sont immédiatement visibles, et Deltaray garantit donc un résultat impeccable."