Ce recul est en majeure partie dû à la régression des ventes en Ukraine et en Russie, selon l'analyste Runar Bjørhovde. Durant le premier trimestre de l'année, les ventes en Ukraine ont diminué de 51 pour cent et en Russie de 31 pour cent. Canalys a encore tenu compte des ventes précédant l'invasion russe le 24 février. Les deux leaders de marché, Apple en Samsung, se sont entre-temps retirés de Russie.

Samsung demeure le numéro un

Dans le reste de l'Europe, les ventes de smartphones ont reculé de 3,5 pour cent, selon Canalys, notamment parce que la guerre en Ukraine a stimulé l'inflation.

Samsung reste le numéro un en Europe avec une part de marché de 35 pour cent et 14,6 millions de smartphones écoulés. Apple a réussi pour sa part à porter sa part de marché de 19 à 21 pour cent. On trouve ensuite le fabricant chinois Xiaomi avec une part de marché de 20 pour cent.

Ce recul est en majeure partie dû à la régression des ventes en Ukraine et en Russie, selon l'analyste Runar Bjørhovde. Durant le premier trimestre de l'année, les ventes en Ukraine ont diminué de 51 pour cent et en Russie de 31 pour cent. Canalys a encore tenu compte des ventes précédant l'invasion russe le 24 février. Les deux leaders de marché, Apple en Samsung, se sont entre-temps retirés de Russie.Dans le reste de l'Europe, les ventes de smartphones ont reculé de 3,5 pour cent, selon Canalys, notamment parce que la guerre en Ukraine a stimulé l'inflation.Samsung reste le numéro un en Europe avec une part de marché de 35 pour cent et 14,6 millions de smartphones écoulés. Apple a réussi pour sa part à porter sa part de marché de 19 à 21 pour cent. On trouve ensuite le fabricant chinois Xiaomi avec une part de marché de 20 pour cent.