Macron a annoncé cette initiative lors de l'Internet Governance Forum organisé à Paris. Le chef d'Etat français a expliqué que Facebook a donné son autorisation à la venue des fonctionnaires mandatés par la France. Ceux-ci examineront à partir du mois de janvier si le contrôle exercé sur les messages à caractère sexiste et raciste notamment peut être amélioré.

"Il s'agit là d'une expérimentation, mais une première étape importante à mes yeux'', a affirmé le président français. On ne sait cependant pas si l'équipe française aura aussi accès aux informations sensibles, comme les algorithmes qui sont utilisés pour combattre la diffusion de messages haineux sur le site de socialisation.

Une source d'Etat française a expliqué à l'agence de presse Reuters que l'équipe pourrait se composer de collaborateurs du contrôleur télécom et des ministères de la Justice et de l'Intérieur.