Le 15 novembre, Orange, le successeur de l'ex-monopoliste public France Telecom, ne proposera plus de nouvelles lignes téléphoniques analogiques. Le service sera complètement stoppé d'ici cinq ans, en 2023.

La ligne fixe ne disparaîtra cependant pas. Il est ici question spécifiquement des appareils classiques à brancher directement sur le réseau téléphonique. A l'avenir, cela ne pourra se faire qu'avec une 'box', un modem supportant aussi internet.

Dans la pratique, cela revient surtout à dire que tout utilisateur ne possédant pas encore une connexion internet fixe (et donc pas un modem) devra échanger sa ligne téléphonique analogique contre un signal numérique (VoIP). Orange prétend toutefois au journal Le Parisien qu'elle tiendra compte du groupe d'utilisateurs, qui se compose en majorité de personnes âgées. Aujourd'hui, quelque 20 millions de Français disposent encore d'une ligne fixe. 9,4 millions d'entre eux n'ont pas accès à internet et appellent toujours par voie analogique.

Marché professionnel

Pour l'opérateur, ce renoncement signifie à coup sûr un sérieux allègement au niveau de l'infrastructure. Orange ne devra en effet plus prévoir des moyens et un support séparés pour la téléphonie analogique. Entre-temps, l'entreprise continuera de proposer le produit 'téléphonie fixe' via une connexion internet plus moderne, ce qui en simplifiera la gestion.

Mais cet arrêt aura aussi des conséquences pour le marché professionnel. Même si les entreprises les plus modernes disposent souvent déjà d'une infrastructure téléphonique numérique, quelque septante pour cent des firmes possèdent encore une ligne analogique fixe pour leurs fax, systèmes d'alarme, terminaux de paiement et ascenseurs. Au cours des cinq prochaines, il faudra également leur trouver une solution.