L'amende a été infligée par l'autorité française en charge des consommateurs, de la concurrence et de la fraude. Outre le montant de 25 millions d'euros, Apple est contrainte d'insérer cette information pendant un mois sur son site web français.

Le procès en question remonte à 2017, lorsqu'Apple reconnut avoir ralenti d'anciens iPhone par voie logicielle. L'entreprise avait agi ainsi, à l'entendre, lorsque les performances de la batterie se dégradaient, ce qui fait qu'en cas de forte sollicitation de l'appareil, des crashes pouvaient se produire. Ces incidents pouvaient être évités en ralentissant le téléphone.

Mais Apple n'avait confirmé cette pratique qu'après l'apparition de tests d'un utilisateur qui avait pu démontrer noir sur blanc que son appareil prestait nettement mieux après l'installation d'une nouvelle batterie. Cela faisait en outre des années durant que circulait une rumeur, selon laquelle nombre d'utilisateurs avaient le sentiment que leur appareil perdait de la vitesse avec le temps. Apple avait cependant insisté sur le fait qu'elle avait effectué le ralentissement, afin d'améliorer la qualité et non pas pour inciter les clients à acheter un nouvel appareil.

Le régulateur français inflige à présent cette amende, parce que les clients n'ont pas été informés que l'installation d'iOS 10.2.1 et 11.0 générerait un ralentissement de leur appareil.

A l'époque, il s'agissait surtout des iPhone 6, 6s et SE, mais aujourd'hui, la pratique est encore et toujours d'application sur les modèles actuels, dès que la capacité de leur batterie descend sous un certain seuil.

L'amende a été infligée par l'autorité française en charge des consommateurs, de la concurrence et de la fraude. Outre le montant de 25 millions d'euros, Apple est contrainte d'insérer cette information pendant un mois sur son site web français.Le procès en question remonte à 2017, lorsqu'Apple reconnut avoir ralenti d'anciens iPhone par voie logicielle. L'entreprise avait agi ainsi, à l'entendre, lorsque les performances de la batterie se dégradaient, ce qui fait qu'en cas de forte sollicitation de l'appareil, des crashes pouvaient se produire. Ces incidents pouvaient être évités en ralentissant le téléphone.Mais Apple n'avait confirmé cette pratique qu'après l'apparition de tests d'un utilisateur qui avait pu démontrer noir sur blanc que son appareil prestait nettement mieux après l'installation d'une nouvelle batterie. Cela faisait en outre des années durant que circulait une rumeur, selon laquelle nombre d'utilisateurs avaient le sentiment que leur appareil perdait de la vitesse avec le temps. Apple avait cependant insisté sur le fait qu'elle avait effectué le ralentissement, afin d'améliorer la qualité et non pas pour inciter les clients à acheter un nouvel appareil.Le régulateur français inflige à présent cette amende, parce que les clients n'ont pas été informés que l'installation d'iOS 10.2.1 et 11.0 générerait un ralentissement de leur appareil.A l'époque, il s'agissait surtout des iPhone 6, 6s et SE, mais aujourd'hui, la pratique est encore et toujours d'application sur les modèles actuels, dès que la capacité de leur batterie descend sous un certain seuil.