Le rapport, qui a pu être consulté par l'agence de presse Reuters, cible un soutien supplémentaire en vue de mieux concurrencer la Chine et les Etats-Unis. L'exposé à été présenté la semaine dernière aux leaders européens réunis dans les Balkans.

Les deux pays plaident donc pour un soutien tant de projets académiques que d'autres industriels à haut risque. En plus d'un support financier européen, la France et l'Allemagne espèrent aussi améliorer l'obtention de capital-risque (investissements) et prévoient un règlement permettant la sortie plus facile d'innovations technologiques sur le marché.