Sur la page de statut de Google Cloud, les clients britanniques pouvaient ainsi lire qu'il y a eu par exemple des problèmes dus à une panne au niveau du système de refroidissement dans un centre de données. Des machines virtuelles ont été arrêtées, et divers appareils physiques désactivés.

Chez Oracle également, des utilisateurs britanniques ont appris que des difficultés se manifestaient en raison des températures inhabituelles, qui provoquèrent l'arrêt d'appareils pour une petite partie des clients, alors que d'autres machines ont été désactivées préventivement pour limiter les dommages. Entre-temps, les problèmes semblent être résolus, selon The Register, The Verge et Bleeping Computer.

Dans certaines parties de la Grande-Bretagne, plus spécifiquement dans l'est de l'Angleterre, la température a dépassé les quarante degrés hier, ce qui est tout à fait inhabituel pour la région, même en plein été. Outre les feux de forêt et l'asphalte qui fond, il est apparu que certains éléments d'internet peuvent souffrir également de la chaleur.

Les centres de données comme ceux de Google ou d'Oracle sont fortement dépendants du système de refroidissement au niveau de leur fonctionnement. Tout comme les ordinateurs ordinaires, le bon fonctionnement des serveurs dans ce genre de bâtiment est fonction de la température ambiante, du fait aussi que les machines elles-mêmes émettent pas mal de chaleur, ce qui fait qu'un centre de données doit fournir en permanence de l'air frais et évacuer l'air chaud dans ce qu'on appelle des couloirs chauds et froids.

Mais le refroidissement conditionne également le prix d'un centre de données. Quiconque en exploite un dans une région froide et pluvieuse comme l'est généralement la Grande-Bretagne, doit faire face à des coûts d'électricité moindres pour assurer son refroidissement que dans le sud de l'Espagne par exemple, parce qu'une partie de ce refroidissement est assurée par de l'air extérieur. Mais lorsque des températures méridionales atteignent progressivement le nord du continent, tous les centres de données ne résistent pas aussi bien aux fluctuations.

Sur la page de statut de Google Cloud, les clients britanniques pouvaient ainsi lire qu'il y a eu par exemple des problèmes dus à une panne au niveau du système de refroidissement dans un centre de données. Des machines virtuelles ont été arrêtées, et divers appareils physiques désactivés.Chez Oracle également, des utilisateurs britanniques ont appris que des difficultés se manifestaient en raison des températures inhabituelles, qui provoquèrent l'arrêt d'appareils pour une petite partie des clients, alors que d'autres machines ont été désactivées préventivement pour limiter les dommages. Entre-temps, les problèmes semblent être résolus, selon The Register, The Verge et Bleeping Computer.Dans certaines parties de la Grande-Bretagne, plus spécifiquement dans l'est de l'Angleterre, la température a dépassé les quarante degrés hier, ce qui est tout à fait inhabituel pour la région, même en plein été. Outre les feux de forêt et l'asphalte qui fond, il est apparu que certains éléments d'internet peuvent souffrir également de la chaleur.Les centres de données comme ceux de Google ou d'Oracle sont fortement dépendants du système de refroidissement au niveau de leur fonctionnement. Tout comme les ordinateurs ordinaires, le bon fonctionnement des serveurs dans ce genre de bâtiment est fonction de la température ambiante, du fait aussi que les machines elles-mêmes émettent pas mal de chaleur, ce qui fait qu'un centre de données doit fournir en permanence de l'air frais et évacuer l'air chaud dans ce qu'on appelle des couloirs chauds et froids.Mais le refroidissement conditionne également le prix d'un centre de données. Quiconque en exploite un dans une région froide et pluvieuse comme l'est généralement la Grande-Bretagne, doit faire face à des coûts d'électricité moindres pour assurer son refroidissement que dans le sud de l'Espagne par exemple, parce qu'une partie de ce refroidissement est assurée par de l'air extérieur. Mais lorsque des températures méridionales atteignent progressivement le nord du continent, tous les centres de données ne résistent pas aussi bien aux fluctuations.