Pour pouvoir mettre aux enchères les licences pour l'internet mobile ultrarapide, le gouvernement fédéral doit trouver un accord avec les communautés, qui sont en effet compétentes pour les médias. Au printemps, les différents gouvernements tentèrent de trouver un arrangement au sein du comité de concertation, mais en vain. La pierre d'achoppement était la clé de répartition des apports. Ceux-ci sont estimés à 680 millions d'euros au minimum. Dans le passé, on avait toujours évoqué une clé de répartition 80/20, mais cette fois, les communautés veulent obtenir une plus grande part du gâteau.

Jambon et Jeholet se sont mis d'accord. Comme ce sont actuellement surtout des médias qui sont transmis via les connexions mobiles, tels Spotify et Netlfix par exemple, ils estiment que les rentrées doivent atteindre le niveau s'appliquant aux médias. Désormais, ils peuvent donc conjointement tenter de convaincre le fédéral de cette vision. Les deux ministres-présidents ne souhaitent provisoirement pas révéler le pourcentage qu'ils ciblent. "Ce ne serait pas malin dans le cadre des négociations", a déclaré Jambon