Selon les sources du journal De Tijd, il y aurait un consensus au niveau flamand au sein du groupe de travail qui, à la demande du ministre flamand de la mobilité Ben Weyts, planche sur la tarification routière. Le groupe en question accorderait sa préférence à un système, par lequel une appli sur le smartphone, en combinaison avec la plaque minéralogique, tiendrait à jour les déplacements routiers. Parmi les autres possibilités pour l'introduction d'un tel système, notons les portiques ou les transpondeurs (boîtiers embarqués dans les voitures), mais qui s'avéreraient plus coûteux.

La préférence accordée au smartphone est due entre autres au fait que l'immense majorité des Flamands adultes disposent d'un smartphone, ce qui fait que le coût de l'introduction du système serait nettement réduit. La perception pourrait se faire au moyen de plusieurs applis.

Ce système ne serait cependant pas hermétique. C'est ainsi qu'il pourrait encore et toujours être complété par un boîtier embarqué pour ceux/celles qui ne possèdent pas de smartphone, ou qui ne l'ont pas emporté. Il s'agit aussi de pouvoir vérifier soit via des voitures de contrôle, soit via des caméras de reconnaissance automatique des plaques que les conducteurs qui circulent, sont bien en règle.

Le problème majeur reste la confidentialité. Avec ce genre de système, les autorités savent de facto où chaque automobiliste se trouve et quand. Sur les médias sociaux, il ne manque pas de voix qui se font entendre à propos du caractère extrême de pareil système. D'autres signalent que ce serait un jeu d'enfant que de tromper le GPS du smartphone.