L'ObjectTypenBibliotheek (OTL) contient toutes sortes d'objets d'infrastructure susceptibles d'apparaître dans des travaux d'infrastructure. Pensons ici à des signaux lumineux, mais aussi à des revêtements de route, égouts et autres poteaux.

Cet ensemble s'inscrit dans le concept BIM ('Bouwwerk Informatie Management'). Conjointement avec OTL, l'objectif est que tous ces éléments fassent l'objet d'un descriptif plus simple et plus clair pour les différents partenaires d'un projet de construction. C'est ainsi que chaque thème aura sa propre définition et ses propres caractéristiques. Mais il est question aussi de relations, comme par exemple une caméra qui doit par définition se trouver sur un poteau, ou une déviation spécifique commandée par un régulateur de trafic.

L'OTL a été développée par l''Agentschap Wegen en Verkeer' flamande et s'inscrit dans le programme 'OSLO Standaarden' sur lequel le gouvernement flamand mise depuis quelque temps déjà. Tant 'Wegen en Verkeer', Liantis, 'De Vlaamse Waterweg' et 'De Werkvennootschap' ont entre-temps lancé leurs premiers contrats avec l'OTL.

Ouvert à tout un chacun

Actuellement, la norme est surtout destinée aux domaines dépendant du Beleidsdomein 'Mobiliteit en Openbare Werken', tels les projets 'Weg- of waterweg'. Par contre, les projets de construction de maisons et de bâtiments n'y sont pas encore repris.

Mais même s'il s'agit d'une norme flamande, l'OTL ne se limite pas aux acteurs de travaux d'infrastructure du nord du pays. Il s'agit en effet d'une norme data ouverte susceptible d'être utilisée également par d'autres. L'ambition est de rendre le volet numérique de la gestion des infrastructures le plus uniforme possible, dans le but de faire évoluer le développement de la norme de manière encore plus précise et fluide dans la pratique.

L'ObjectTypenBibliotheek (OTL) contient toutes sortes d'objets d'infrastructure susceptibles d'apparaître dans des travaux d'infrastructure. Pensons ici à des signaux lumineux, mais aussi à des revêtements de route, égouts et autres poteaux.Cet ensemble s'inscrit dans le concept BIM ('Bouwwerk Informatie Management'). Conjointement avec OTL, l'objectif est que tous ces éléments fassent l'objet d'un descriptif plus simple et plus clair pour les différents partenaires d'un projet de construction. C'est ainsi que chaque thème aura sa propre définition et ses propres caractéristiques. Mais il est question aussi de relations, comme par exemple une caméra qui doit par définition se trouver sur un poteau, ou une déviation spécifique commandée par un régulateur de trafic.L'OTL a été développée par l''Agentschap Wegen en Verkeer' flamande et s'inscrit dans le programme 'OSLO Standaarden' sur lequel le gouvernement flamand mise depuis quelque temps déjà. Tant 'Wegen en Verkeer', Liantis, 'De Vlaamse Waterweg' et 'De Werkvennootschap' ont entre-temps lancé leurs premiers contrats avec l'OTL.Ouvert à tout un chacunActuellement, la norme est surtout destinée aux domaines dépendant du Beleidsdomein 'Mobiliteit en Openbare Werken', tels les projets 'Weg- of waterweg'. Par contre, les projets de construction de maisons et de bâtiments n'y sont pas encore repris.Mais même s'il s'agit d'une norme flamande, l'OTL ne se limite pas aux acteurs de travaux d'infrastructure du nord du pays. Il s'agit en effet d'une norme data ouverte susceptible d'être utilisée également par d'autres. L'ambition est de rendre le volet numérique de la gestion des infrastructures le plus uniforme possible, dans le but de faire évoluer le développement de la norme de manière encore plus précise et fluide dans la pratique.