Marple édite un logiciel permettant aux ingénieurs de traiter et d'analyser assez rapidement des données. 'Nous misons ici entre autres sur la conversion rapide et impeccable de vastes fichiers de données mesurées en des graphiques très clairs', déclare Matthias Baert, l'un des fondateurs de Marple, dans un communiqué de presse. Pour y parvenir, le logiciel se focalise sur la combinaison de la gestion des données, de leur visualisation et du traitement de données massives ('big data').

Il s'agit là d'une deuxième phase d'investissement. Précédemment déjà, l'Imec avait injecté des fonds dans l'entreprise par le truchement de son programme d'incubation istart. Cette fois encore, l'Imec a pris part à la phase de capitalisation, conjointement avec Vlaio et une série d'investisseurs privés. L'entreprise existe depuis 2020 et possède aujourd'hui des clients en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. Avec l'argent frais, Marple veut étoffer son personnel avec des ingénieurs, mais aussi des vendeurs. Ces derniers devraient poursuivre le développement du marché existant. De nouveaux pays sont aussi envisagés. 'Dans les pays scandinaves par exemple, on observe pas mal de possibilités', affirme le cofondateur Nero Vanbiervliet.

Marple édite un logiciel permettant aux ingénieurs de traiter et d'analyser assez rapidement des données. 'Nous misons ici entre autres sur la conversion rapide et impeccable de vastes fichiers de données mesurées en des graphiques très clairs', déclare Matthias Baert, l'un des fondateurs de Marple, dans un communiqué de presse. Pour y parvenir, le logiciel se focalise sur la combinaison de la gestion des données, de leur visualisation et du traitement de données massives ('big data').Il s'agit là d'une deuxième phase d'investissement. Précédemment déjà, l'Imec avait injecté des fonds dans l'entreprise par le truchement de son programme d'incubation istart. Cette fois encore, l'Imec a pris part à la phase de capitalisation, conjointement avec Vlaio et une série d'investisseurs privés. L'entreprise existe depuis 2020 et possède aujourd'hui des clients en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. Avec l'argent frais, Marple veut étoffer son personnel avec des ingénieurs, mais aussi des vendeurs. Ces derniers devraient poursuivre le développement du marché existant. De nouveaux pays sont aussi envisagés. 'Dans les pays scandinaves par exemple, on observe pas mal de possibilités', affirme le cofondateur Nero Vanbiervliet.