Alors qu'il y a dix ans, l'industrie musicale croulait encore sous les coups du piratage, le modèle numérique porte ses fruits aujourd'hui. Le chiffre d'affaires total tiré de la consommation musicale a crû l'année dernière de huit pour cent à 78,32 millions d'euros. Il s'agit ici des rentrées de la vente et de la diffusion de musique, et donc pas des revenus provenant des représentations ou d'autres sources.

La majorité de ce chiffre d'affaires, soit soixante pour cent ou 46,7 millions d'euros, émane du streaming payant. Les téléchargements représentent pour leur part huit pour cent ou 5,91 millions d'euros. Le streaming musical payant a progressé de 31 pour cent au cours de l'année écoulée, alors que les téléchargements ont reculé de 18,60 pour cent.

CD et DVD

Les supports physiques représentent un peu moins d'un tiers du chiffre d'affaires global: en l'occurrence deux pour cent pour les DVD, vingt-deux pour cent pour les CD et huit pour cent pour les vinyles. Le vinyle est cependant le seul support physique à avoir progressé (+8,06 pour cent), alors que les CD (-22,43 pour cent) et les DVD (-27,43 pour cent) ont régressé.

Ces chiffres proviennent de BEA, la Belgian Entertainment Association. Celle-ci évoque la popularité croissante de Spotify, de Deezer et d'Apple Music et la facilité avec laquelle la musique est accessible. On ne connaît pas la popularité mutuelle des services de streaming.

"Nous sommes ravis de cette évolution positive. Surtout la hausse de 31 pour cent du chiffre d'affaires numérique démontre que le Belge trouve toujours davantage et facilement sa voie vers les services de diffusion tels Spotify, AppleMusic, Deezer et autres", affirme Patrick Guns, président de BEA Music et directeur d'Universal Music Belgique, dans un communiqué. "Si nous envisageons d'autres marchés musicaux comparables, nous sommes convaincus que cette tendance à la croissance se poursuivra. Il existe clairement plus de potentiel encore, ce qui est prometteur pour l'avenir."

Angèle, la plus populaire

Si l'on prend en compte les artistes belges les plus populaires sur les canaux de streaming, on se rend compte que c'est l'affaire d'une petite famille. Angèle est de loin l'artiste la plus populaire, suivie par son frère Romeo Elvis. On trouve ensuite Damso, Dimitri Vegas & Like Mike et Lost Frequencies.

Ces noms reviennent par conséquent aussi dans les morceaux les plus diffusés. En 2019, il s'agissait de 'Balance ton Quoi' (Angèle), de 'Tout Oublier' (Angèle feat. Romeo Elvis) et d''Instagram' de Dimitri Vegas, Like Mike et d'autres artistes conjoints. Pour ce qui est des albums les plus diffusés, on trouve Angèle (Brol) et Romeo Elvis (Chocolat) tout en haut, suivis par Damso (Lithopedion et Ipseite).

Alors qu'il y a dix ans, l'industrie musicale croulait encore sous les coups du piratage, le modèle numérique porte ses fruits aujourd'hui. Le chiffre d'affaires total tiré de la consommation musicale a crû l'année dernière de huit pour cent à 78,32 millions d'euros. Il s'agit ici des rentrées de la vente et de la diffusion de musique, et donc pas des revenus provenant des représentations ou d'autres sources.La majorité de ce chiffre d'affaires, soit soixante pour cent ou 46,7 millions d'euros, émane du streaming payant. Les téléchargements représentent pour leur part huit pour cent ou 5,91 millions d'euros. Le streaming musical payant a progressé de 31 pour cent au cours de l'année écoulée, alors que les téléchargements ont reculé de 18,60 pour cent.CD et DVDLes supports physiques représentent un peu moins d'un tiers du chiffre d'affaires global: en l'occurrence deux pour cent pour les DVD, vingt-deux pour cent pour les CD et huit pour cent pour les vinyles. Le vinyle est cependant le seul support physique à avoir progressé (+8,06 pour cent), alors que les CD (-22,43 pour cent) et les DVD (-27,43 pour cent) ont régressé.Ces chiffres proviennent de BEA, la Belgian Entertainment Association. Celle-ci évoque la popularité croissante de Spotify, de Deezer et d'Apple Music et la facilité avec laquelle la musique est accessible. On ne connaît pas la popularité mutuelle des services de streaming."Nous sommes ravis de cette évolution positive. Surtout la hausse de 31 pour cent du chiffre d'affaires numérique démontre que le Belge trouve toujours davantage et facilement sa voie vers les services de diffusion tels Spotify, AppleMusic, Deezer et autres", affirme Patrick Guns, président de BEA Music et directeur d'Universal Music Belgique, dans un communiqué. "Si nous envisageons d'autres marchés musicaux comparables, nous sommes convaincus que cette tendance à la croissance se poursuivra. Il existe clairement plus de potentiel encore, ce qui est prometteur pour l'avenir."Angèle, la plus populaireSi l'on prend en compte les artistes belges les plus populaires sur les canaux de streaming, on se rend compte que c'est l'affaire d'une petite famille. Angèle est de loin l'artiste la plus populaire, suivie par son frère Romeo Elvis. On trouve ensuite Damso, Dimitri Vegas & Like Mike et Lost Frequencies.Ces noms reviennent par conséquent aussi dans les morceaux les plus diffusés. En 2019, il s'agissait de 'Balance ton Quoi' (Angèle), de 'Tout Oublier' (Angèle feat. Romeo Elvis) et d''Instagram' de Dimitri Vegas, Like Mike et d'autres artistes conjoints. Pour ce qui est des albums les plus diffusés, on trouve Angèle (Brol) et Romeo Elvis (Chocolat) tout en haut, suivis par Damso (Lithopedion et Ipseite).