En net, il reste 10,4 millions d'euros de bénéfice à cause partiellement des plus de 8 millions d'euros de frais de restructuration et d'amortissements. L'entreprise a déjà effectué de larges coupes sombres dans ses coûts, comme il ressort ce jeudi d'un communiqué de presse. Les coûts indirects ont été réduits de 15 pour cent par rapport à la période correspondante de l'année dernière. Au cours du second semestre, une usine à Taïwan sera fermée.

'Amélioration depuis juin'

L'effet de la pandémie fut le plus important en avril et en mai, mais depuis juin, la situation s'améliore, selon Barco. La division la plus touchée est celle des loisirs ('entertainment'), qui fournit des projecteurs et des écrans aux secteurs cinématographique et événementiel par exemple. La division Healthcare, par contre, a encore et toujours été en progression au premier semestre. La pandémie du corona a en effet généré une demande croissante de solutions de radiologie à distance.

La direction de Barco s'attend à ce que le deuxième trimestre soit le plus mauvais de l'exercice fiscal. La situation devrait progressivement s'améliorer, trimestre après trimestre, mais Barco se refuse à toute prévision précise. Lors du premier semestre, le nombre de nouvelles commandes a été d'un quart inférieur à ce qu'il était durant la période correspondante de l'année dernière. Le groupe fait aussi état de diverses dynamiques par division. C'est ainsi que les secteurs cinématographique et événementiel s'amélioreraient légèrement d'ici la fin de l'année, alors que la division Healthcare table sur un chiffre d'affaires plus important au second semestre.

A la bourse de Bruxelles, Barco est l'entreprise qui accuse le plus net recul de l'index Bel20. Ce jeudi matin, le cours de l'action a chuté de plus de 8 pour cent sous la barre des 20 euros.

En net, il reste 10,4 millions d'euros de bénéfice à cause partiellement des plus de 8 millions d'euros de frais de restructuration et d'amortissements. L'entreprise a déjà effectué de larges coupes sombres dans ses coûts, comme il ressort ce jeudi d'un communiqué de presse. Les coûts indirects ont été réduits de 15 pour cent par rapport à la période correspondante de l'année dernière. Au cours du second semestre, une usine à Taïwan sera fermée.L'effet de la pandémie fut le plus important en avril et en mai, mais depuis juin, la situation s'améliore, selon Barco. La division la plus touchée est celle des loisirs ('entertainment'), qui fournit des projecteurs et des écrans aux secteurs cinématographique et événementiel par exemple. La division Healthcare, par contre, a encore et toujours été en progression au premier semestre. La pandémie du corona a en effet généré une demande croissante de solutions de radiologie à distance.La direction de Barco s'attend à ce que le deuxième trimestre soit le plus mauvais de l'exercice fiscal. La situation devrait progressivement s'améliorer, trimestre après trimestre, mais Barco se refuse à toute prévision précise. Lors du premier semestre, le nombre de nouvelles commandes a été d'un quart inférieur à ce qu'il était durant la période correspondante de l'année dernière. Le groupe fait aussi état de diverses dynamiques par division. C'est ainsi que les secteurs cinématographique et événementiel s'amélioreraient légèrement d'ici la fin de l'année, alors que la division Healthcare table sur un chiffre d'affaires plus important au second semestre.A la bourse de Bruxelles, Barco est l'entreprise qui accuse le plus net recul de l'index Bel20. Ce jeudi matin, le cours de l'action a chuté de plus de 8 pour cent sous la barre des 20 euros.