Selon Schrems, Facebook agit illégalement en suivant les utilisateurs et en négociant des informations sur eux. Il est soutenu dans son action par plus de 25.000 utilisateurs de Facebook dans le monde entier. En déposant une plainte de masse, l'Autrichien entendait réclamer une indemnité de 500 euros par personne à Facebook. Cette possibilité s'envole suite au jugement de la Cour de justice de l'Union européenne.

Schrems s'était tourné vers la justice autrichienne, mais celle-ci demanda l'avis de la Cour de justice de l'UE. L'avocat général de cette dernière avait en novembre dernier déjà conseillé de réfuter une plainte de masse.

Sur Twitter, Schrems déclare à présent qu'il ''peut enfin intenter un procès à Facebook à Vienne''. Mais il émet des critiques à l'égard de la Cour de justice européenne qui, selon lui, ''ne tente même pas d'analyser exactement les arguments avancés''.