Le VITIB (Village de Technologie de l'Information et de la Biotechnologie en Côte d'Ivoire) a été créé il y a une dizaine d'années en collaboration avec les autorités ivoiriennes. L'objectif était de transformer l'économie du pays - à l'époque encore basée sur l'agriculture - en une économie de la connaissance. Le parc de 624 hectares devrait héberger des entreprises technologiques et ICT du monde entier. Elles y profitent d'un régime fiscal avantageux pour exporter vers toute la région ouest-africaine à partir de la Côte d'Ivoire.

Aujourd'hui, le parc abrite 25 entreprises, dont les géants télécoms Orange et Siemens. Les autorités ivoiriennes souhaitent cependant en accueillir davantage et tournent leur regard vers notre pays notamment. "Nous sommes la porte d'accès à l'Afrique Occidentale, qui représente un marché de 300 millions de consommateurs", souligne le CEO Philippe Pango dans le cadre d'une offensive de charme. Siemens Belgium, le principal investisseur belge en Côte d'Ivoire et qui est déjà présent dans le VITIB, y a d'ores et déjà des projets d'extension.

Le VITIB (Village de Technologie de l'Information et de la Biotechnologie en Côte d'Ivoire) a été créé il y a une dizaine d'années en collaboration avec les autorités ivoiriennes. L'objectif était de transformer l'économie du pays - à l'époque encore basée sur l'agriculture - en une économie de la connaissance. Le parc de 624 hectares devrait héberger des entreprises technologiques et ICT du monde entier. Elles y profitent d'un régime fiscal avantageux pour exporter vers toute la région ouest-africaine à partir de la Côte d'Ivoire.Aujourd'hui, le parc abrite 25 entreprises, dont les géants télécoms Orange et Siemens. Les autorités ivoiriennes souhaitent cependant en accueillir davantage et tournent leur regard vers notre pays notamment. "Nous sommes la porte d'accès à l'Afrique Occidentale, qui représente un marché de 300 millions de consommateurs", souligne le CEO Philippe Pango dans le cadre d'une offensive de charme. Siemens Belgium, le principal investisseur belge en Côte d'Ivoire et qui est déjà présent dans le VITIB, y a d'ores et déjà des projets d'extension.