Quelques sites web sud-coréens en vue ont été piratés, dont celui du cabinet présidentiel. Divers messages sont apparus sur ces sites. Ces derniers ont été aussitôt mis hors ligne pour réparer les dégâts.

"Nous sommes Anonymous. Nous sommes innombrables. Nous ne pardonnons pas. Nous n'oublions pas. Vous pouvez nous attendre", tel était l'un des messages affichés sur ces sites web. Précédemment, les 'hacktivistes' d'Anonymous avaient également ciblé quelques sites web nord-coréens.

La Corée du Sud ne soupçonne pas Anonymous, mais bien la Corée du Nord. D'autant plus que la semaine prochaine, cela fera exactement 63 ans que la Guerre de Corée (1950-1953) démarrait.

Quelques sites web sud-coréens en vue ont été piratés, dont celui du cabinet présidentiel. Divers messages sont apparus sur ces sites. Ces derniers ont été aussitôt mis hors ligne pour réparer les dégâts. "Nous sommes Anonymous. Nous sommes innombrables. Nous ne pardonnons pas. Nous n'oublions pas. Vous pouvez nous attendre", tel était l'un des messages affichés sur ces sites web. Précédemment, les 'hacktivistes' d'Anonymous avaient également ciblé quelques sites web nord-coréens. La Corée du Sud ne soupçonne pas Anonymous, mais bien la Corée du Nord. D'autant plus que la semaine prochaine, cela fera exactement 63 ans que la Guerre de Corée (1950-1953) démarrait.